Accueil > Critiques > 2010

Josiah Wolf - Jetlag

mardi 30 mars 2010, par Paulo

Jet lag, heure d’été et chambre d’hôtel


Il y en a pour qui le groupe Why ? est incontournable, aussi seront-ils heureux d’apprendre la sortie de l’album solo de Josiah Wolf, batteur inventif du groupe et frère du chanteur Yoni Wolf. Être batteur ne dit rien quant à la sensibilité du personnage, car le petit frère chante également et le fait même plutôt bien, dans son style propre certes, parfois sur le fil, c’est ce qui procure à cet album sa partie touchante.

A l’écoute de cet album, je pense impérativement à l’album solo de James Iha - Let It Come Down - pour l’émotion qui s’en dégage (et comme ça date, ça me fait penser aussi que je commence à être un vieux con, c’est pas plaisant) Même parfois mais ça n’engage que moins, des riffs portés au xylophone raisonnent comme un puissant riff des Pumpkins, l’ensemble ressemblant à un Mercury Rev folk, cela en dit long sur la mélancolie.

Pourtant ça trouve bien sa place sur Anticon, plus habitué à un hiphop inventif.
La force de cet album, c’est le titre promo et premier de la liste, The trailer and the truck, avec ses envolés de drums orchestrées qui font vraiment sentir de l’espace dans cette musique.
Le reste est sans doute plus commun, d’un folk plus connu mais toujours touchant dans ses mélodies et son interprétation.

Josiah Wolfgang réussit le pari d’un album solo digne et exaltant, sans toutefois être trop prétentieux. En plus il bonifie à l’écoute, et déploie toute sa magie.

Donc pour ceux qui ne connaissent pas la musique de Why ? Jet Lag est un bon petit détour pour la découvrir et pour ceux qui la connaissent déjà, Jetlag pose ses différences en respectant sa parenté.

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

5 Messages

  • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 11:29, par Benjamin F

    Oauis je trouve que ce disque reste assez anecdotique au final...

    repondre message

    • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 14:02, par Marc

      Je n’ai pas écouté cet album (même si Why ? a un capital sympathie indéniable) mais le souvenir de l’album de James Iha est, comment dire, heu... peu convaincant ? C’était il y a très longtemps, les choses ont bien changé mais je pense que c’est un peu un album à oublier, non ?

      repondre message

  • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 19:05, par Laurent

    Pour la petite histoire, car trop peu de gens le savent, James Iha a formé l’an dernier un nouveau groupe dont le chanteur n’est autre que... Taylor Hanson (oui, celui des trois frères qui faisait "Mmmbop"). Ça s’appelle Tinted Windows et c’est aussi mauvais qu’on peut l’imaginer (voire plus si affinités).

    En tout cas, ça ne renforce pas le capital crédibilité du vieux James.

    repondre message

    • Josiah Wolf - Jetlag 1er avril 2010 10:59, par Guismo

      En tous cas le concert de Josiah Wolf en première partie de Why ? ne m’a pas du tout donné envie de me pencher sur son album...

      repondre message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)