Accueil > Critiques > 2010

Josiah Wolf - Jetlag

mardi 30 mars 2010, par Paulo

Jet lag, heure d’été et chambre d’hôtel


Il y en a pour qui le groupe Why ? est incontournable, aussi seront-ils heureux d’apprendre la sortie de l’album solo de Josiah Wolf, batteur inventif du groupe et frère du chanteur Yoni Wolf. Être batteur ne dit rien quant à la sensibilité du personnage, car le petit frère chante également et le fait même plutôt bien, dans son style propre certes, parfois sur le fil, c’est ce qui procure à cet album sa partie touchante.

A l’écoute de cet album, je pense impérativement à l’album solo de James Iha - Let It Come Down - pour l’émotion qui s’en dégage (et comme ça date, ça me fait penser aussi que je commence à être un vieux con, c’est pas plaisant) Même parfois mais ça n’engage que moins, des riffs portés au xylophone raisonnent comme un puissant riff des Pumpkins, l’ensemble ressemblant à un Mercury Rev folk, cela en dit long sur la mélancolie.

Pourtant ça trouve bien sa place sur Anticon, plus habitué à un hiphop inventif.
La force de cet album, c’est le titre promo et premier de la liste, The trailer and the truck, avec ses envolés de drums orchestrées qui font vraiment sentir de l’espace dans cette musique.
Le reste est sans doute plus commun, d’un folk plus connu mais toujours touchant dans ses mélodies et son interprétation.

Josiah Wolfgang réussit le pari d’un album solo digne et exaltant, sans toutefois être trop prétentieux. En plus il bonifie à l’écoute, et déploie toute sa magie.

Donc pour ceux qui ne connaissent pas la musique de Why ? Jet Lag est un bon petit détour pour la découvrir et pour ceux qui la connaissent déjà, Jetlag pose ses différences en respectant sa parenté.

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

5 Messages

  • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 11:29, par Benjamin F

    Oauis je trouve que ce disque reste assez anecdotique au final...

    repondre message

    • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 14:02, par Marc

      Je n’ai pas écouté cet album (même si Why ? a un capital sympathie indéniable) mais le souvenir de l’album de James Iha est, comment dire, heu... peu convaincant ? C’était il y a très longtemps, les choses ont bien changé mais je pense que c’est un peu un album à oublier, non ?

      repondre message

  • Josiah Wolf - Jetlag 30 mars 2010 19:05, par Laurent

    Pour la petite histoire, car trop peu de gens le savent, James Iha a formé l’an dernier un nouveau groupe dont le chanteur n’est autre que... Taylor Hanson (oui, celui des trois frères qui faisait "Mmmbop"). Ça s’appelle Tinted Windows et c’est aussi mauvais qu’on peut l’imaginer (voire plus si affinités).

    En tout cas, ça ne renforce pas le capital crédibilité du vieux James.

    repondre message

    • Josiah Wolf - Jetlag 1er avril 2010 10:59, par Guismo

      En tous cas le concert de Josiah Wolf en première partie de Why ? ne m’a pas du tout donné envie de me pencher sur son album...

      repondre message

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)