Accueil > Musique > 2010 > Here We Go Magic - Pigeons

Here We Go Magic - Pigeons

dimanche 13 juin 2010, par Marc

Psychédélimsme


Encore de douces harmonies vocales et un groupe qui semble avoir mis dans son régime alimentaire quelques substances que la justice réprouve. Une impression de déjà lu ? En tous cas, j’ai une impression de déjà écrit. Par contre, je ne vous avais pas encore entretenu de ce Luke Temple (de Broooklyn, c’était ça ou Canadien…) qui après un album entièrement bricolé tout seul, prend un peu d’ampleur et reçoit un peu d’aide pour son second album qui sort chez les excellents Secretly Canadians, qui a tout mon affection à la fois pour avoir un nom terrible et s’occuper (en partie parfois) de Frida Hyvönen, Bodies Of Water,I Love You But I’ve Chosen Darkness,, Throw Me The Statue ou Yeasayer.

Allez, on lance le mot tout de suite comme ça c’est fait : psychédélisme. Comme souvent dans ces cas, une fréquentation assidue de cet album permet de le distinguer de la masse de ses collègues (en gros Woods, Le Loup, Ruby Suns, vous connaissez la liste). Alors qu’on pense avoir trouvé la bonne étagère pour le classer, il se révèle au fil des écoutes. Si je vous dis que c’est attachant, je conçois que c’est juste ma parole qui fait foi.

L’orgue, par transitivité, peut évoquer Stereolab ou tous leurs acolytes. D’où l’inévitable (et voulue) impression de flottement (ou, plus prosaïquement, d’ennui) qui s’empare de Casual. Mais l’intérieur de leur style, il y a des possibilités de variété comme le prouve la ballade Bottom Feeder, la pop déjantée d’Old World United ou le délire de Vegetable Or Native, sorte de mélopée à la Animal Collective. Je préfère leur versant plus acide de Surprise. Avec des petites guitares acides et pointillistes sur une rythmique tendue mais discrète, c’est une version ensoleillée du Krautrock qui est proposée. Collector semble ainsi entériner le déménagement de Can à San Francisco. Moon est un peu plus éthéré, plus dans la veine Atlas Sound. Ils évoluent dans une dialectique bordel/rangement, entre liberté du psychédélisme et rigueur en défense allemande.

J’ai beau avoir le nombre réglementaire de doigts, mes deux mains suffisent à peine pour compter le nombre de groupes qui utilisent la veine lysergique de la musique. Et même avec les pieds en renfort, je n’arrive pas au compte. Mais nous ne sommes pas des entomologistes, juste des amateurs de musique. Et en tant qu’amateur donc, cette musique se justifie elle-même, par son ton détendu qui pousse au délassement et une certaine variété à l’intérieur d’un exercice de style a priori étriqué.

http://www.myspace.com/herewegomagic
http://herewegomagicband.tumblr.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Here We Go Magic - Pigeons 14 juin 2010 17:54, par Benjamin F

    Pas mal déçu, je ne retrouve plus le brio des mélodies brinqueballantes de Luke Temple...

    repondre message

  • Here We Go Magic - Pigeons 11 mai 2012 02:05, par Leo

    Je tenais à relever par cet avis personnel que je suis réjoui du contenu de ce site. C’est rare mais les commentaires évitent d’être plombés par du spam de commentaires on peut ainsi tenir une réelle discussion. Merci c’est motivant.

    La meilleure mutuelle entrain


    Mutuelle Santé

    Découvrir une mutuel via la mutuelle force sud ! Votre mutuelle btp via une mutuelle civile de la defense

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)