Accueil > Musique > 2010 > John Grant - Queen Of Denmark

John Grant - Queen Of Denmark

vendredi 16 avril 2010, par Marc

Les aventures de Midlake : aujourd’hui Midlake dans l’espace


Honnêtement, je n’avais jamais entendu parler des Czars, a fortiori encore moins de leur leader John Grant. Il a donc fallu qu’il se fasse seconder par Midlake pour que ce nom puisse m’évoquer quelque chose. Comme j’avais vraiment succombé à leur dernière livraison, une petite portion supplémentaire est bienvenue.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le charme opère très vite et on se dit que ce label Bella Union (Explosions In The Sky, Midlake, Fleet Foxes, The Acorn, Vetiver, Andrew Bird, My Latest Novel pour ne reprendre que ceux dont on a déjà parlé) est un de nos fournisseurs de bons plans préférés. La belle voix de Grant est en tous cas une bonne surprise qui lui permet soit de se conformer aux harmonies classiques d’I Wanna go To Marz ou de montrer qu’il n’a besoin que d’un minimum d’accompagnement pour faire décoller le Caramel.

Cet album est un peu plus léger, entendez moins porté vers ce que certains ont qualifié d’héroic-folk. Mais la mélancolie douce est encore une fois délicieuse (Where Dreams Go To Die) et n’est pas entamée par l’ironie souvent présente. C’est donc objectivement un peu moins brillant, notamment parce qu’il est impossible de ne pas évoquer The Courage Of Others et que ce dernier ne lâchait jamais prise. Si on ne rentrait pas immédiatement les chances de raccrocher étaient minces mais à l’inverse quand on est englouti c’est tout entier.

Les thèmes sont parfois empruntés à la SF, et le folk est ample. Ca ne vous rappelle rien ? Personnellement, j’ai senti planer sur bien des morceaux l’ombre du Bowie de Space Oddity. Maintenant que j’y pense, ce vénérable album de 41 ans d’âge (c’est vertigineux) peut constituer la pierre de touche de bien des choses de cette époque où le folk cherche des mutations déviantes à coups d’hybridations. On retrouve ainsi ça et là des sons qu’on pensait avoir oublié depuis la fin de l’enregistrement de Wish You Were Here (chorus final de Caramel). Pour pouvoir assumer un classicisme aussi poussé, il faut un talent d’écriture pour ne pas sombrer dans le pastiche. Il a ce talent.

Les autres caractéristiques marquantes de cet album sont l’humour et l’évolution sur le fil du rasoir. Cette dérision assez bienvenue (Silver Platter Club), contraste avec le ton un peu compassé du groupe de base qui a l’air de passer un bon moment. JC Hates Faggots se dresse en critique de la pensée redneck un peu prévisible mais toujours réjouissante. Donc il faut un peu oublier le ton solennel qu’on imaginait de prime abord pour capter des surgissements comme I want to change the world but I can’t even change my underwear. Mais cette évolution ambivalente l’amène à être souvent à la limite entre poussée d’émotion et kitsch, ce qui est spécialement palpable sur un Sigourney Weaver ou la plage titulaire. Mais la généreuse cote vous a déjà indiqué de quel côté j’ai tranché. Un peu sorti de son univers il est vrai assez vite balisé, je m’abandonne moins (Chicken bones ou les cuivres un peu New Orleans de Silver Platter Club).

Cet album est un peu moins prenant, moins brillant que le dernier Midlake mais paradoxalement, je me dis que ce n’est pas plus mal. Parce que ces albums qui ne paient pas de mine mais ont ce petit supplément d’âme sont ceux qu’on écoute le plus. Et puis il y a cet humour de tous les instants qui force moins le respect que l’austérité mais compense les petites incartades moins réussies. Donc la personnalité de Grant et le savoir-faire de Midlake ont produit un album vraiment attachant.

Pour vous remercier de votre patience, le morceau I Wanna Go To Marz est téléchargeable ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • John Grant - Queen Of Denmark 16 avril 2010 18:11, par Benjamin F

    Ouais c’est un peu Midlake dans l’espace effectivement mais plutôt touchant !

    repondre message

    • John Grant - Queen Of Denmark 17 avril 2010 10:44, par marc

      De fait, très bel album avec ce qu’il faut de décalage pour le différencier et un humour noir assez réjouissant. Et une super voix

      repondre message

      • John Grant - Queen Of Denmark 21 avril 2010 20:09, par le cousin de la reine de trèfle

        Que du très bon, jetez une oreille sur son ancien groupe CZARS, c’est magistral majestueux !

        on entend aussi J. GRANT sur un magnifique album "SHORT STORIES" de LILIUM, une émanation de 16 HORSEPOWER, avec des voix merveilleuses, outre de J. GRANT, de Kal CAHOONE, D.E. EDWARDS, Tom Barman (DEUS...si,si,). c’est un chef d’oeuvre ..

        DENVER est une ville de musique, de très bonne musique, rien à envier à AUSTIN, NY ou TUCSON ...

        repondre message

        • John Grant - Queen Of Denmark 22 avril 2010 08:32, par Marc

          Merci pour le tuyau, vu les possibilités du bonhomme, ça donne envie de jeter une oreille aussi. Lilium a l’air bien tentant aussi, vu le casting convoqué. Je vais aller faire un tour du côté d’emusic...

          Sinon, si je vois bien Austin ou NY comme villes de musique, je visualise moins ce qui sort de Denver ou Tucson, face à des Seattle ou Portland. Mais bon, j’avoue que c’est du pinaillage hein... A bientôt !

          repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)