Accueil > Musique > 2010 > Chapelier Fou - 613

Chapelier Fou - 613

dimanche 25 avril 2010, par Laurent

Couvre-chef d’orchestre


Si vous avez vu le récent lifting infligé à "Alice in Wonderland" par Tim Burton, il est fort possible que vous partiez déjà en courant comme le lapin blanc. Revenez ! Louis Warynski avait choisi son pseudonyme bien avant la prestation bouffonne de Johnny Paradis, et c’est bien le fruit d’une coïncidence si ce "613" est sorti peu ou prou en même temps que le grand-guignol burtonien. Car le truc de ce Chapelier Fou n’est pas tant le haut-de-forme que les formes hautes : celles de la musique classique, qu’il a assimilée et dont il use comme de la plus noble matière première, et d’une électro qui lui sert de biseau pour y sculpter d’étranges comptines. Au lieu de nous visser des feutres sur la tête, Chapelier Fou s’immisce donc dedans et y écrit à l’encre indélébile, car ses compositions obsédantes ont l’art de rendre, effectivement, un peu marteau.

L’idée de mêler ainsi classique et électronique n’a rien de neuf, et depuis Pierre Henry elle a déjà donné lieu à quelques réussites plus récentes, de Jóhann Jóhannsson à Craig Armstrong. Sauf que Louis Warynski est un jeune homme modeste et qu’il n’est pas du genre à faire appel à un orchestre symphonique – ou n’en a pas encore les moyens. Jouant pratiquement seul de tous les instruments, il arrive à distiller de la beauté pure avec parfois trois fois rien, grâce à une synthèse brillante de ses acquis. C’est qu’il a déjà parcouru du chemin depuis son premier EP éponyme sorti il y a deux ans ; il y hésitait encore trop franchement entre le dépouillement et la surcharge, s’en sortant souvent mieux dans le premier cas (Horses, 1’27’’ d’absolu bonheur). Aujourd’hui, Chapelier Fou domine son art et ce premier véritable album se pose en coup de maître.

Le minimalisme engourdi de G Tintinnabulum rappelle d’abord le récent chef-d’œuvre de Four Tet : cette chaleur sourde, ce machinisme vivant, c’est sublime... et puis voilà qu’un riff de guitare nous sort de notre léthargie, avant qu’une batterie n’emmène le morceau dans un territoire presque rock. L’expérience chamboule : on se croirait à mi-chemin entre la rêverie éternelle et des bouffées de réel qui cherchent à nous rappeler à la violence, comme des électrochocs qui nous arracheraient par intermittence à une mort clinique soupirée. Sans aller jusqu’à le comparer à Arvo Pärt – à qui ce titre fait probablement référence – force est de reconnaître à Chapelier Fou la même incroyable science de l’émotion moléculaire. Et encore, ce n’était là qu’un apéritif.

Les Métamorphoses du Vide voient l’invisibilité des infra-basses se parer de pourtours eurythmiques et cette transformation nous emmène dans une valse tourbillonnante. Cadencée par un tintement aliénant, Luggage prolonge un temps le ballet, avant qu’Hémisphère Ouest ne nous rappelle que hors les murs de la chambre, il y a aussi des rues. Plus immédiatement urbain, le titre immerge les gros bras de Bonobo dans le jardin en plastique de DJ Sayem. Plus loin, Warynksi optera encore pour ce type d’électro moins timide, quitte à la déglinguer : malgré ses ressorts qui crépitent de partout, Inside of You se tient ainsi miraculeusement en équilibre, grâce à un violon toujours présent et un sample vocal puisé dans un antique document éducatif parental.

Inutile de dire que parmi son catalogue d’échantillons, Chapelier Fou puise aussi au pays des merveilles – une vieille habitude qui lui aurait d’ailleurs valu son surnom. Ainsi, dans Les Prières à Complies, peut-on entendre Alice s’exclamer que « tout est bizarre », ce que l’on ne pourra démentir eu égard à cet univers sonore aussi déjanté que le Lièvre de Mars. Plus contrôlé mais d’autant moins rassurant, le motif de Grahamophone fait d’abord peser sur l’atmosphère un parfum d’angoisse comme sait les expirer Amon Tobin ; mais, construit sur un schéma plus proche du post-rock, le morceau fait exploser cette tension à mi-parcours et l’électrolyse en allegro.

Conscient de ses propres limites – le chant – Louis Warynski le troque contre un quasi talk-over, par ailleurs trituré comme le reste sur Elle Est l’Eau Qui Fait le Torrent. Témoin supplémentaire de son exceptionnelle musicalité, il faut sans doute voir là une conception de la voix comme un matériau parmi d’autres. Il y a cela dit une vraie chanson sur "613". Quand on voit le nom de Matt Elliott au générique, on se dit pourtant d’abord que l’ex-Third Eye Foundation a voulu revenir un temps à ses fondamentaux électroniques. Nenni : le songwriter de Bristol vient poser, sur Half of the Time, son inimitable chant de naufragé ; trois albums que personne ne le secourt, et c’est toujours aussi captivant de le regarder sombrer. Warynski tente bien de lui offrir son chœur mais au final, pas moyen de rester en surface. Il y a trop de profondeur sur ce disque de Chapelier Fou. Et rien n’est bateau.

Le seul lieu commun, c’est cette comparaison à Yann Tiersen qu’on peut lire un peu partout, et que rien ne justifie ici sinon Secret Handshake. Non, Chapelier Fou est décidément à part. Et lorsque les derniers échos d’ondes Martenot ont fini de hanter Entendre la Forêt Qui Pousse, le silence se vit comme une récompense. Parce que c’est idiot à dire, mais après un voyage aussi remuant, on n’a plus tout à fait la même vision du monde. Pour un peu, on se désolerait même de sa normalité, voire de la nôtre. Ne pas devoir emprunter, aussitôt après "613", les autoroutes formatées du son, permet de prolonger quelque peu la divagation, de pouvoir aussi, peut-être, entendre la forêt qui pousse. Comme tous les albums qui se méritent, celui-ci est affamé de temps. Si vous estimez que le vôtre est précieux, tant pis : « Si tu connaissais le Temps comme je le connais, dit le Chapelier, tu ne parlerais pas ainsi. »

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

16 Messages

  • Chapelier Fou - 613 25 avril 2010 19:14

    Formidable découverte, un très grand M E R C I !

    repondre message

  • Chapelier Fou - 613 27 avril 2010 01:30, par MrMasure

    Je suis content que les médias commencent à en parler. Ca fait un moment que je suis Chapelier Fou et j’attendais beaucoup son 1er album. Et je dois dire que c’est au dessus de mes espérances. Rarement, j’avais entendu quelqu’un qui mélangeait avec une telle fluidité acoustique et électronique. Sa musique est riche mais accessible, expérimentale sans être chiante, sensible sans être trop extravertie. Bref, à recommander !

    repondre message

    • Chapelier Fou - 613 27 avril 2010 07:27, par Laurent

      Ça fait un moment que tu es Chapelier Fou ??

       ;)

      repondre message

      • Chapelier Fou - 613 27 avril 2010 18:19

        Chapelier Fou sur votre site ?! C’est amazing ! :o
        Sinon, vous rangez ça dans quel genre ? Electro ? Bofbof

        repondre message

        • Chapelier Fou - 613 27 avril 2010 19:45, par Laurent

          Le genre n’est pas précisé, si ? On peut inventer une catégorie electroniricowenpalletto-classic-pop-jazzy-soul expérimentale. Tu en penses quoi ?

          repondre message

          • Chapelier Fou - 613 27 avril 2010 20:06

            Non, justement je me demandais. Hmm, ça me parait pas mal, j’ai pas mieux t’façon. Le coté violon+electro m’a fait penser (de loi hein) a Patrick Wolf a certain moment..

            repondre message

  • Chapelier Fou - 613 28 avril 2010 00:21, par MrMasure

    Il y a des gens qui cherchent encore à classer la musique ? :o

    C’est un peu désuet depuis que l’informatique est le nerf central.

    Je préfère la citation de connexions plus ou moins lointaines comme le fait parfaitement les chroniques du site.

    @ Laurent : ni Chapelier Fou, ni Lapin Blanc... :)

    repondre message

  • Chapelier Fou - 613 29 avril 2010 17:07, par Mmarsupilami

    J’ai gagné une place pour le concert. Va falloir que j’écoute !
     :-DD

    repondre message

    • Chapelier Fou - 613 29 avril 2010 18:56, par Laurent

      Quelle corvée...

      repondre message

      • Chapelier Fou - 613 10 mai 2010 11:03, par Mmarsupilami

        Voilà, je suis allé au concert sans avoir écouté. C’est encore rigolo, de temps en temps, pour les blasés, un concert "pochette-surprise". C’était au Musée du Botanique. Très chouette, intime, avec des fauteuils, l’artiste au milieu du public, un silence et une écoute quasi religieuses, un accès aux travées.

        Bref, contexte idéal (car le Chapelier, je le verrais mal s’exprimer dans une salle avec un public au fond qui n’arrête pas de gueuler => je dis ça aussi parce qu’a MLCD, y avait des gens pas loin qui parlaient tellement fort que je me suis demandé comment on pouvait payer 17 euros pour un concert pour aller y parler -hurler !- à propos du nouvel entraîneur de l’équipe belge de footoball. Ex-cursus fini en ajoutant que je suis pas bégueule et que j’aime aussi l’ambiance bistrot).

        Et une vraie ambiance et une communion pour un réel grand succès.

        Tout ceci pour dire que, oui, il faut se pencher sur cet album (acheté sur place et que j’ai écouté au retour dans la voiture) ici fort bien chroniqué. Comme personne n’en parle, je le redirai chez moi aussi, tiens !

        Bonne semaine !

        repondre message

  • Chapelier Fou - 613 10 mai 2010 13:35, par Laurent

    Merci pour ce petit récit... Je n’aurai malheureusement pas la chance de faire beaucoup de concerts belges ces jours-ci, étant à l’étranger, alors je lis avec plaisir ces comptes rendus !

    repondre message

  • Chapelier Fou - 613 25 juin 2010 11:37, par Jynweythek Ylow

    Merci, MERCI pour cet article et ces explications, sur les chansons plus particulièrement. Et aussi, les liens.

    Je crois bien que je l’idolâtre, ce Chapelier Fou.

    repondre message

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)