Accueil > Musique > 2004 > Interpol : Antics

Interpol : Antics

jeudi 10 août 2006, par Marc


Interpol est précédé d’une réputation flatteuse. Donc on écoute, attirés par un Length of love de fort bonne facture. Les références sont balisées, se situent chez Joy Division surtout et les Smiths (voir chez Strangelove et les New Fads pour les plus motivés). On se dit que ce genre de fusion entre la cold wave et le gros son de maintenant peut marcher.

Et puis, sur la longueur, on se lasse, les compositions semblent un peu mollassonnes, la répétition si présente chez Joy Division y était magnifiée par l’ombre de Ian Curtis et ici semble un peu plate. Reste au final un album plaisant (Next exit, Evil, Slow hands), mais avec une bonne moitié de morceaux dispensables (Public pervert, C’mere) puisque reprenant les recettes de l’autre moitié. L’inspiration est parfois à la hauteur de celle du créateur de la pochette, c’est dire.

Donc, réécoutez Joy Divison mais appréciez néanmoins cette décalque moderne qui ne fera certes pas avancer le schmilblick mais bon, on ne fera pas un album du siècle toutes les semaines non plus. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)