Accueil > Musique > Concerts > Midlake, TRIX (Anvers), 23/04/2010

Midlake, TRIX (Anvers), 23/04/2010

lundi 26 avril 2010, par Marc

La force du collectif


C’est la frustration de les avoir ratés à L’Ancienne Belgique qui nous a poussés à découvrir une salle un peu plus loin de nos habitudes. Renseignements pris, le concert a finalement eu lieu dans une salle adjacente plus grande que celle du Trix. Belle salle d’ailleurs, plus accueillante que la grand’ route qu’elle borde.

Non annoncé, c’est le groupe flamand The Bear That Wasn’t qui a la tâche difficile de dérider le public. Si le garçon s’est taillé une sympathique réputation grâce à un album folk qui a plu (au Mmarsupilami par exemple) et une tournée « chez l’habitant », il peine à passionner. Accompagné d’un second guitariste, il présente des morceaux bien composés, bien fichus, qui méritent des comparaisons avec Bright Eyes, mais son charisme dégage plus de sympathie que d’émotion pure.

Sept musiciens dont quatre guitaristes, voilà la force de frappe de Midlake qui déboule. Le chanteur a l’air de ne pas ouvrir la bouche, comme happé par un hameçon invisible. Pourtant, ce sont bien les morceaux qui nous ont tellement plu qui en sortent. Toutes ces grattes peuvent se défouler par moments, dans le plus pur style jam band. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est puissant, impeccablement exécuté avec ce surcroit de puissance live qui fait la différence. Alors, oui, c’est un peu du rock d’autoroute seventies, mais avec une implacable émotion qui s’en dégage. Les morceaux de l’excellent Courage Of The Others sont de toute façon taillés pour ça et fonctionnent sans exception, avec une mention spéciale pour Ruler, Ruling All These ou Winter Dies. Certes, on me glisse à l’oreille un « tiens, on ne l’a pas déjà entendu celui-là ? » auquel il est difficile de répondre catégoriquement dans un premier temps. Et puis non, c’est Bring Down et ses airs de Radiohead qui se distingue quand même. Il y aura aussi quelques retours sur The Trials Of Van Occupanther, dont un My Young Bride vitaminé, mais globalement, comme sur album, je trouve qu’ils passent moins bien la rampe. Donc pour moi l’intérêt fléchit le temps d’un Trials Of Van Occupanther

Un riff de basse qui groove plus que leur moyenne lance une jam bien maitrisée. On sent le coup fumeux et on n’a pas tort quand on entend l’intro du tellement attachant Roscoe. Tellement entendu que l’intro en parait un peu maladroite, fausse impression sans doute. Et puis il y aura Acts Of Man, qui transpire autant d’intensité en direct que l’échine tremble comme elle y a droit. Ils termineront par un Head Home finalement plus aseptisé que les morceaux du dernier album pour nous gratifier d’un Branches un tantinet anecdotique après près d’une heure et demie de concert en rappel.

Aller voir un groupe qu’on aime bien en concert, c’est essayer de capter l’essence de morceaux qui nous avaient déjà plu. Et comme l’album de Midlake nous avait fait chavirer, la puissance du concert nous a confirmé que le talent des Américains se déguste lui aussi en direct. Les grands morceaux font les grands moments.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Midlake, TRIX (Anvers), 23/04/2010 26 avril 2010 16:29, par Mmarsupilami

    Merci pour le lien ! M’étonne pas que le garçon ait quelques difficultés à occuper une salle comme ça !

    Ils ont une chouette programmation au Trix, je trouve ! Et ils sont tout doucement en train de concevoir et gérer l’endroit un peu dans le style de l’AB ou du Botanique, comme un complexe de salles où, de plus en plus, on peut aller à un concert principal puis passer dans la plus petite salle pour un supplément. Maintenant, de là à attirer des Bruxellois ! De Liège, c’est très bien placé, même si un peu long d’y aller, mais comme nous n’avons pas la même offre qu’à Bruxelles, ça vaut le coup.

    Ceci dit, si tu es allé dans la grande salle en légère pente, il s’agit en fait de la salle historique de l’Hof Ter Lo (le nouveau complexe est celui du TRIX), endroit assez prisé de la grande époque punk parce beaucoup de groupes ne passaient que là-bas.

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)