Accueil > Critiques > 2010

Woods - At Echo Lake

mercredi 19 mai 2010, par marc

Oui, encore


On sous-estime parfois la capacité de la mémoire humaine. Ainsi, quand un groupe n’ayant pas livré de chef-d’œuvre revient avec un nouvel album, je suis souvent surpris de retrouver mes marques. C’est encore le cas avec cette formation de Brooklyn (oui, encore) donnant dans une relecture personnelle du folk (oui, encore).

Il faut dire que Woods a tout fait pour se rappeler facilement à notre bon souvenir. Ils ont continué dans la voie de leur précédent Songs Of Shame. Le vieillissement se stabilise et c’est une bonne chose. Les voix sont toujours aussi triturées et on peut se dire que de nos jours, un laisser-aller aussi volontariste (si vous me passez le paradoxe) peut très bien passer pour une coquetterie. C’est leur signature, certes, ça les distingue un peu de la masse mais il y a risque d’usure sur la longueur.

Donc il y a sur cet At Echo Park des morceaux plutôt classiques, des mélodies qui n’essaient pas d’être obscures, ce qui est un signe de talent. Les mélodies sont heureusement souvent gratifiantes, ce qui rend un Death Rattles intéressant. Mais qui se cachent sous un air de faux branleur. Les soli de guitare sont toujours aussi désuètement déglingués. Voire carrément sur Deep. J’ai rarement l’impression en écoutant de la musique que je pourrais en faire autant mais là cette étrange idée m’a effleuré. Trop de minimalisme risque le misérabilisme.

Des jams tordues (From The Horn) semblent échappées d’une bande originale de Pink Floyd pour Barbet Schröder (More, La Vallée, ce genre…). Etrange d’ailleurs comme cette notion de jam, de passages instrumentaux qui sentent bon le chanvre ont du attendre longtemps avant d’avoir de nouveaux droit de cité. Plus de traces Can en vue par contre. Tout au plus en retrouve-t-on la tension le temps de fins de morceaux comme le plus abouti Time Fading Lines (pourtant classique dans sa phase initiale).

Evidemment, le bordel généralisé a son charme, mais il faut veiller à ne pas aller trop loin. Get Back est quand même un peu trop décousu pour que l’attention se fixe. C’est le second versant du procédé. Je sais que je peux dire ça d’une majorité des albums que je critique mais c’est encore sur la longueur que cet album se révèle. Par ses bons côtés comme ses tics. Si vous n’êtes pas un fanatique de l’ordre musical, voilà peut-être un bordel sonore digne d’intérêt.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)