Accueil > Musique > 2010 > Hawksley Workman - Milk / Meat

Hawksley Workman - Milk / Meat

samedi 8 mai 2010, par Laurent

Morue aux fraises


Hawksley Workman. Un cas atypique, vraiment. Il faut resituer le bonhomme. Prolifique songwriter canadien, il a entamé sa carrière discographique il y a une bonne dizaine d’années en se présentant sous son meilleur jour : barde sensible lorgnant vers une pop biscornue ; puis il a poussé le bouchon plus loin en exploitant à fond son côté frivole, avant de revenir avec un cinquième album éthéré – et les concerts qui allaient avec, apaisés mais aussi moins surprenants. Workman a également signé une poignée de disques auto-produits et vendus à ses shows. Il y a deux ans, il sortait coup sur deux albums antithétiques : un joli recueil de ballades automnales et un autre bourré de rock discoïde moule-burnes franchement putassier.

Sorte de chaînon manquant entre Jeff Buckley et Mika, c’est peu de dire que ce garçon est un paradoxe vivant. Se refusant possiblement à choisir entre ces deux extrêmes, Hawksley Workman a donc décidé de les enchevêtrer. Mais comme l’a expérimenté un célèbre garçon de bureau, assaisonner de la morue avec des fraises n’est pas du goût du plus grand nombre. En l’occurrence, il serait plutôt question de mélanger de la viande et du lait. Ce qui, s’il s’agit d’escalopes de veau et que vous y ajoutez un peu de chianti avant de faire revenir à feu doux, n’est pas forcément une mauvaise idée. Sauf que “Meat” et “Milk” sont ici les deux volets d’un double album et, contrairement à ce que j’avais envisagé, n’incarnent pas chacun un versant distinct de la personnalité du musicien.

Sur les deux galettes, il impose donc cette même saveur sucrée-salée qui gâche le potentiel de plus d’un morceau en noyant trop d’ingrédients dans la même pâte. Quid alors de cet emballage conceptuel ? L’explication la plus plausible, au vu des notes de pochette, est qu’il s’agit de deux albums réalisés séparément et rassemblés, peut-être en dépit du bon sens, par une maison de disques cherchant à rentabiliser la créativité de l’artiste. Hypothèse pessimiste, je vous l’accorde. Sur “Milk”, Hawksley Workman partage l’écriture et la réalisation – essentiellement avec le Suédois Mårten Tromm – et, il est temps de le dire, ces collaborations le font renouer avec ses plus bas instincts.

Non content de ressembler à Pascal Obispo sur les photos du livret, il ouvre son disque par un r’n’b disco louche (Animal Behaviour), ce qui n’est pas si déroutant pour qui se souvient de son petit chef-d’œuvre Smoke Baby, mais se révèle ici plutôt gluant. Il y a plusieurs bonnes idées ailleurs (le sautillant Google Jesus et sa rythmique 8-bit, la cold wave cybernétique de Robot Heart) mais globalement, Workman a plutôt tendance à renchérir dans l’indéfendable (Stay Drunk and Keep Fucking est plus vulgaire qu’un hard rock FM de l’âge d’or de MTV, Devastating dégouline littéralement et We Dance to Yesterday a des prétentions power pop, mais n’est pas Weezer qui veut).

Il est d’autant plus dommage de constater que certains bons morceaux sont tout simplement mal attifés, comme Warhol’s Portrait of Gretzky ou ce Some People qui démarre comme un mauvais remix de Paul Oakenfold. Bref, pas grand-chose à sauver de ces douze titres... et il en reste encore onze à s’enfiler. Pourtant, bien que “Meat” ne varie pas fondamentalement la recette, le dosage la rend nettement plus digeste. Cette fois, Hawksley Workman est pratiquement seul aux manettes – le dénommé Stew Crookes coproduit, mais est-ce que ça intéresse quelqu’un ? – et semble avoir réfréné ses penchants pour la mélasse. Dès lors, le voyage est nettement plus agréable.

Les différents éléments trouvent plus facilement leur place : Song for Sarah Jane signale d’emblée le changement de ton en s’appuyant sur un piano d’outre-tombe, French Girls in LA est ponctué par de jouissives envolées de flûtiau, et même le slow braguette de rigueur (Baby Mosquito) sort parfois sa tête de la guimauve. Plusieurs pièces jouent judicieusement sur la distorsion ou le feutrage (Depress Hangover Sunday, très bon) et échappent ainsi aux dérives kitsch qui minent la quasi-totalité de “Milk”. Il reste bien quelques fautes de goût (le solo synthétique de The Ground We Stand On est particulièrement atroce), mais l’ensemble aurait pu constituer un simple album relativement digne.

D’autant qu’on y trouve aussi un vrai morceau de bravoure. En huit minutes, You Don’t Just Want to Break Me (You Want to Tear Me Apart) commence par dérouler une sobre ballade, froide et machinale, avant de virer au blues désincarné pour finalement basculer dans une jam cosmique proprement hallucinée. Répété ad libidum, le titre finit par gagner la chair, et l’on est à son tour transporté par ce mélange de chagrin et de mépris adressé à Dieu sait qui. Maigre butin, mais tout de même : Hawksley Workman n’a pas encore tout perdu de sa superbe. C’est peut-être sa propension à vouloir bouffer à tous les râteliers qui l’amène à produire des albums inégaux. Cela dit, on ne peut pas dire que le titre du dernier en date trompe sur la marchandise : sur “Meat / Milk”, il y a effectivement à boire et à manger.

Article Ecrit par Laurent

P.-S.

Après la rédaction de cet article, j’ai préparé des escalopes alla fiorentina. Je n’avais pas de chianti, alors j’ai mis du porto : ça marche aussi.

Répondre à cet article

3 Messages

  • Hawksley Workman - Milk / Meat 10 mai 2010 14:34, par Benjamin F

    "Sorte de chaînon manquant entre Jeff Buckley et Mika", c’est tellement ça :)

    Bon j’ai écouté en avance rapide ce nouvel album, c’est juste pas possible...

    repondre message

    • Hawksley Workman - Milk / Meat 12 mai 2010 12:23, par Luc

      Bonjour,
      Ah Hawksley Workman... Je le suis depuis une prestation qui m’avait bluffé au festival Solidays à l’époque de la sortie de Delicious Wolves, quand je découvrais hagard un numéro ahurissant de balais frappés énergiquement sur scène... Quelques albums et concerts plus loin, je suis définitivement fan, même si ces derniers temps, le talent du bonhomme s’étiole, en même temps que les prestations scéniques se ressemblent de plus en plus et que les viscissitudes des contrats avec les maisons de disque semblent l’orienter vers une œuvre plus consensuelle et moins personnelle...

      Fini la folie (maîtrisée) des deux premiers albums, le rock FM (assumé) de LF, la légèreté (élégante) de T.O.S, l’inégal mais racé Between the beautifuls. Los Manlicious est venu pourrir 2009, avec un horrible son hard FM gonflé aux stéroides, et l’opus 2010, Meat/Milk, ne relève que partiellementle niveau, malgré des pépites ciblées par l’auteur (je rajouterai We’ll make time)...

      En même temps que la créativité du bonhomme s’enlise, les salles de concert deviennent plus petites, le public moins fidèle et la presse ignorante... Du gâchis, j’ai envie de dire... Alors, qu’a t-il à offrir encore en live ? Réponse ce soir, à La Maroquinerie à Paris. Venez (malgré tout) nombreux...

      repondre message

      • Hawksley Workman - Milk / Meat 12 mai 2010 16:52, par Joky

        Je me retrouve bien dans ce commentaire !
        J’ai découvert Hawksley aux solidays en 2002 : énooooorme !!

        Et il y a effectivement de belle pépite dans cet album, et pour le reste je trouve l’article un peu négatif quand même : avec un regard (une oreille ?) un peu décalé plus adapté aux morceau ça le fait bien je trouve !

        Sinon j’étais à Mulhouse hier soir, et c’était un peu surprenant avec un line up à 2 : Hawksley à la guitare et Mr Lonely au synthé. Malgré un coup de froid, sa voix vaut toujours le déplacement :-)

        (Par contre effectivement j’ai été impressionné par le vide de la salle... :-( )

        repondre message

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)