Accueil > Critiques > 2010

The Acorn - No Ghosts

dimanche 30 mai 2010, par marc

Courbe rentrante


Sans doute qu’un jour je me lasserai d’écrire sur tout ce que j’écoute, que j’en aurai un peu marre de formuler des avis dans ma tête chaque fois qu’une note de musique arrive à mes oreilles. Peut-être que le retour d’un groupe que j’ai bien aimé me laissera froid. En attendant cette retraite spirituelle, je frétille encore quand j’aperçois à l’horizon un nouvel album qui succède à un membre quelconque d’un classement de fin d’année. Un critique est comme un voyageur qui aurait une multitude de foyers. Qu’il fréquente à intervalles plus ou moins élevés. Après avoir pris des vacances sur Glory Hope Mountain en 2008, je me réjouissais d’embarquer avec les Canadiens (pas d’obsession de ma part, je vous assure) pour No Ghosts.

Encore un bon album mais qui se resserre, un peu comme les successeurs des excellents albums de Port O’Brien ou Plants And Animals qui se sont assagis. Sans dommage pour le premier, avec un peu de perte de qualité pour le second. Donc le panache me manque quand même, mais l’attachement qu’on a eu pour eux ne s’est que faiblement évaporé. Seraient-ils dans cette zone américaine en perpétuel balancement entre génie et anodin ? Des groupes comme Midlake ont récemment versé dans le premier groupe et Laurent nous parlait encore récemment de cette tendance lourde vers le middle-of-the-road.

Il reste à The Acorn de beaux atouts, come la voix toujours aussi identifiable, des arpèges inspirés (Restoration) et quelques morceaux charmants comme Misplaces ou tout doux comme On The Line, la jolie simplicité de Slippery When Wet. I Made The Law se termine dans une jam qui fait du bien, parce qu’elle réveille un petit peu. Autre syndrome, les morceaux plus linéaires mais à volonté plus rentre-dedans comme Crossed Wires ne prennent pas tout le relief voulu, même si on sent que l’intensité monte d’un bon cran.

Comme bien d’autres groupes, The Acorn a adopté une courbe rentrante. Et on se dit comme souvent que si on les avait découverts par cet album, on n’aurait peut-être pas poussé l’exploration plus avant. Il est pourtant pas mal, ce No Ghosts, mais la fièvre du premier manque tout de même, et une petite lassitude s’installe à attribuer à un nouvel album presque toujours une étoile de moins que son prédécesseur.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)