Accueil > Musique > 2010 > Marble Sounds - Nice Is Good

Marble Sounds - Nice Is Good

jeudi 10 juin 2010, par Marc

Le chant du marbre


Il suffit qu’on tourne le dos deux minutes et hop, un album qui peut nous intéresser peut nous passer à côté. Ce serait d’autant plus dommage que le personnage derrière Marble Sounds est un de nos compatriotes du nord, Pieter Van Dessel. Il a depuis trouvé des comparses pour partir en tournée et a bénéficié sur cet album de Robert Pollard (Guided By Voices). Du beau monde donc, pour un bien bel album.

Et de fait, on retrouve la petite musique mélancolique d’un Notwist. En a-t-on besoin en supplément dès lors ? Oui parce que les Allemands sont rares et ces morceaux-ci sont plus que des intermèdes, de vrais petits bouts de plaisir musical. Le premier morceau garde ainsi son impassibilité quand déboule une plus grosse guitare. L’effet est connu mais est une fois encore agréable.

J’aimerais me passer de ces comparaisons, parce qu’écouter Marble Sounds c’est tout sauf un jeu des 7 erreurs. Mais certains noms doux à mes oreilles m’ont été rappelés au long de l’écoute. Si vous aimez Sophia mais pensez que Propper-Shepard en remet toujours un peu, il y a également matière à apprécier un We Slow qui réussit à nous ressusciter la splendide langueur de Spain pour un final instrumental tout en retenue poignante. A New Breeze est quant à lui plus dans la mouvance d’un Sufjan Stevens.

Une voix de tête sur Good Occasions m’a fait penser que j’écoutais l’album de Jonsi. J’imagine que ceux qui salivent à ces évocations sont déjà au courant. Si ce n’est le cas, qu’ils sachent qu’ils ont un potentiel plaisir auditif avec ce Marble Sounds. Cette voix d’ailleurs confine à la pure fragilité (Come Here) et parfois j’ai eu l’impression d’une trop grande légèreté (Smoking Was A Day Job). La voix féminine qui conclut l’album est un peu trop délicate, et rate un peu sa cible. Pour moi du moins, c’est une impression personnelle, je me sentais bien le chanteur et chanteuse Miwako Shimizu avec qui le morceau est co-composé m’emballe un peu moins.

Dès la première écoute on prend son petit calepin pour noter qu’il faudra réécouter cet album souvent en d’autres occasions, le partager. Je n’ai pas encore lu beaucoup sur cet album qui pourra faire plaisir à plusieurs d’entre vous. Encore une fois, c’est pour ça qu’on est là et vous aussi.

http://www.myspace.com/marblesounds

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)