Accueil > Musique > 2010 > How to Destroy Angels - EP

How to Destroy Angels - EP

samedi 12 juin 2010, par Fred

Mise en bouche


Trent Reznor a beau avoir mis NIN sous cocon, on n’est pas encore prêt à ne plus entendre parler de lui. Moins de 6 mois plus tard, parurent les premières informations sur How to Destroy Angels, son nouveau projet en collaboration avec son épouse, Mariqueen Maandig et Atticus Ross.

Et on ne peut que s’en réjouir, car si on doit ne reconnaître qu’un qualité à Trent, c’est bien celle d’avoir toujours mené sa barque à sa guise sans jamais céder aux sirènes de la société de consommation. Défricheur, adepte des concepts et innovateur en ce qui concerne les modes de distribution de la musique (cfr la distribution de clé usb lors de ces concerts ; la mise à disposition des masters multi-pistes de ses morceaux pour remix, ses albums en téléchargements gratuits, Ghosts et The Split).

Ici encore pour continuer dans sa politique de partage avec ses fans et bien entendu pour faire monter le buzz, il nous offre cette fois une EP en téléchargement gratuit sur le site du groupe depuis le 1er juin. Selon ses dires, cet EP serait les premières réalisations du groupe depuis qu’ils ont commencé à travailler leurs pistes de travail. Et on peut dire que cet EP de 6 titres donne l’eau à la bouche. Il offre une belle diversité de type et d’atmosphère, passant du plus radiophonique au plus hermétique.

Melodiquement, A drowning a un étrange air de déjà vu au niveau de sa ligne de piano, du "I don’t think I can...", mais l’arrivée d’une voix féminine dans l’univers sonore de Reznor est un rafraichissement. La voix de Mariqueen génère un contraste intéressant avec les accompagnements indus dont on connait le côté oppressant. Ce constat s’applique également à The place in Between et sa lente montée en puissance cassée nette par un passage sans transition à Parasite. Celui-ci est plus proche du style de Year Zero (Vessel, Me I’m not par exemple) avec une basse qui sature.

Fur Lined, plus ’leger’, plus disco, pour ne pas utiliser le qualificatif "pop " (qui serait quand même difficilement applicable). Trent nous refait le coup du Hand That feeds et ça marche.

A l’écoute de ces 6 titres, on en vient à se réjouir qu’un album sorte ou que ce nouveau band se mette à tourner. Du moins si la direction et l’équilibre du groupe reste le même.
Lors d’un Q&A sur leur Facebook, Trent donnait une date de sortie estimée pour un album en début 2011. L’attente sera donc encore longue.

L’avis de Benjamin de Playlistsociety

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • How to Destroy Angels - EP 13 juin 2010 11:30, par Benjamin F

    Ça fait plaisir de lire un article un peu plus enthousiaste. A cause du poids des attentes, on est beaucoup à ne pas avoir vu les qualités du disque...

    Et merci pour le lien !!! :)

    repondre message

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)