Accueil > Musique > Concerts > Benjamin Biolay, Ancienne Belgique, 03/06/2010

Benjamin Biolay, Ancienne Belgique, 03/06/2010

vendredi 4 juin 2010, par Marc

Le superbe


Aller voir en vrai ce qu’on écoute sur disque, c’est quand même un peu ça l’intérêt d’un concert, non ? Benjamin Biolay repassait dans notre capitale et ça ne se ratait pas.

Un des autres plaisirs des concerts, c’est faire des découvertes de nouveaux artistes. Ou alors prévenir des pièges à venir. C’est plutôt la seconde option avec la jolie Française de Joyce Jonathan. Accompagnée du (joli aussi d’après des avis recueillis) guitariste Guillaume, la première chanson est pourtant engageante. Et puis on déchante un peu. La voix passe bien, les mélodies ne sont pas indignes et on se dit qu’en anglais ce pourrait être plaisant. Parce que c’est au niveau des paroles que ça coince. Oui, la rupture ça fait mal, oui, une femme peut être plus fragile qu’elle n’en a l’air, oui, c’était mieux avant quand on était jeunes et insouciants (moins d’accord pour le coup…). Mais quand le ton est plat et premier degré, cliché et poncifs montent dans un bateau sans savoir ce qu’il en sortira.

Mais le public de cette AB remplie presqu’au ras bord n’était pas là pour cette courte mise en bouche. Accompagné de cinq musiciens qui se révéleront tous à la hauteur de la tâche (mention spéciale à l’excellent bassiste et au claviériste-multi-instrumentiste), l’auteur d’un des tout meilleurs albums récents déboule. Les premières chansons apparaissent comme des échauffements, le débit nécessitant de trouver ses marques. Ce n’est pas grave, tout commence à décoller progressivement.

Alors que mes quelques craintes portaient sur les performances vocales et l’attitude du sieur Biolay, les apaisements arrivent bien vite. Oui, la voix est au rendez-vous et oui, c’est un chanteur content d’être là qu’on voit évoluer. Le très denseLa Superbe est évidemment exploré en priorité, avec quelques incursions dans le reste de sa discographie déjà ample. Du très bon Trash Yéyé seront repris Bien Avant, Dans La Merco Benz et Qu’est-ce que ça peut faire, sélection impeccable s’il en est. Pour le reste, les morceaux un peu plus relevés sont évidemment favorisés en concert, ce qui donne l’occasion au guitariste de faire plein de grimaces de guitar-hero sur le retour.

Le contact avec le public est bon, et il connait bien Bruxelles pour y avoir beaucoup enregistré. Il introduit donc Ton Héritage comme une chanson à sa fille (nooon ?) mais ce titre magique se passe du moindre contexte. Ca fonctionne évidemment très bien. Et d’une manière générale, on ne retrouve fatalement pas sur scène la parfaite finition des morceaux des albums. Certains artistes gagnent avec les aspérités, c’est un peu moins le cas ici. La superbe a ainsi droit à d’artificielles bandes enregistrées et il faudra attendre plus d’intervention des musiciens pour que ça fuse vraiment.

Mais on n’est pas au bout de ses surprises. Après une longue présentation de ses musiciens, il se lance dans un long A L’origine qui clôturera la phase classique. Ils reviendront deux fois. Tout d’abord brièvement le temps d’un Padam qui prend son sens devant un public conquis d’avance et puis pour deux de ses tout meilleurs morceaux. L’incunable Les Cerfs-volants évidemment, qui restera comme un de ses chefs-d’œuvre et un plus inattendu Brandt Rhapsodie, où la troublante harpiste aura la tâche difficile de remplacer Jeanne Cherhal. C’est appliqué et précis, mais comme on connait le moindre post-it de ce titre, l’expression de Jeanne n’est pas égalée. Ce bon concert se termine donc bien. Biolay a l’air heureux d’être là où il est, tout au dessus d’une chanson française de luxe.

EDIT : les images sont en ligne : http://picasaweb.google.com/marc.mineur/BenjaminBiolayAncienneBelgique03062010#

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Ai pu participer également à ce concert et entièrement d’accord avec toi...

    Parti après 2 morceaux de la première partie...

    Un peu déçu car les arrangements sont tellement travaillé sur (le dernier) album qu’il était presque logique de ne pouvoir les reproduire sur scene...
    ... mais le sieur Biolay (sic) a quelques merveilles à proposer...

    Donc au final un tout bon concert, plus énergique qu’attendu !

    Et un homme qui sait comment faire pour demander (et recevoir) des innombrables brassées d’applaudissements (mérités)

    par contre ... c’était quoi ce tatouage qu’il exhibait fièrement, manche relevée...?

    repondre message

  • Benjamin Biolay, Ancienne Belgique, 03/06/2010 4 juin 2010 22:10, par Benjamin pas Biolay

    Salut Marc,
    j’y étais aussi et je regrette de ne pas t’y avoir vu. Pour ma part, je n’ai pas trop apprécié. Je n’ai que beaucoup trop rarement retrouvé la qualité des compositions et des arrangements du "superbe" disque... Les musiciens en faisaient trop (le batteur !... Le guitariste !... Les ondes martenot à n’en plus finir.. Au secours !!!)
    (L’autre) Benjamin semblait effectivement heureux d’être là et montrait une certaine hargne savoureuse à partager mais ce sont mes seules bonnes impressions de ce concert que j’aurais préféré continuer à fantasmer...
    A certains moment j’avais l’impression d’assister à une des toutes dernières performance de Gainsbarre. Un chanteur, une personnalité ayant du talent et la rage mais accompagné par des musiciens de studio complètement à côté de la plaque toujours dans la démonstration, jamais dans l’élégance (you’re under arrest).
    Bonjour chez vous

    repondre message

    • Benjamin Biolay, Ancienne Belgique, 03/06/2010 5 juin 2010 15:57, par Marc

      @Gui

      On a visiblement assisté au même concert. Je n’ai pas pu voir son tatouage sur les photos. Donc faisons confiance à dodo

      @Benjamin

      On se verra une prochaine fois hein... Pour ce qui est des musiciens, c’est vrai que le guitariste prenait souvent des poses ridicules, mais la bassiste était vraiment bon. Quant à Gainsbarre, ses dernières prestations live étaient quand même embarassantes, ce qui est loin d’être le cas pour Biolay.
      Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)