Accueil > Musique > 2004 > Florent Marchet : Gargilesse

Florent Marchet : Gargilesse

jeudi 10 août 2006, par Marc


Le coup de l’album qui porte le nom de son endroit d’origine, on a déjà vu ça, chez Stéphen Eicher et Bruce Springsteen par exemple. Alors, je ne sais pas exactement où se trouve Gargilesse (à deux heures de Levallois-Perret en BMW selon le premier titre de cet album) mais le bougre y est attaché et nous invite chez lui. Et on y est tout de suite bien. Il faut tendre l’oreille à la chanson française, elle est pleine de bonnes surprises et on gagne plein de copains (Cali l’an passé, Florent Marchet celle-ci, Bénabar...) qui compensent la perte de compagnons de longue date (Miossec, Renaud).

Alors, que raconte Florent ? Des histoires de tous les jours finalement. Le propre d’un artiste est de mettre en musique (ou en images, ou en couleurs) ce que tout le monde porte potentiellement. Il parle ainsi de nos compromissions (Mes nouveaux amis), d’initiation sexuelle adolescente (Le terrain de sport), d’anorexie (Fantôme), de chemins qui ont bifurqué (Levallois), de problèmes d’érection (Avez-vous déjà songé ? ) le tout avec une légèreté qui ne rend pas pesant même les thèmes les plus lourds susmentionnés. L’humour fait tout passer. Plutôt le sourire doux-amer que la gaudriole.

Et à qui ça ressemble ? Rien que des bonnes choses. On n’entend pas la salsa-pop éreintante à la mode mais des orchestrations assez standard qui devraient par parenthèse bien passer sur scène (on en reparle s’il passe par notre royaume). Sinon, on pense à Miossec (Le meilleur de nous deux, le vocabulaire du terrain de sport), Dominique A (Je n’ai pensé qu’à moi), voire plus anecdotiquement Melon Galia pour Tous pareils.
On a trouvé un chanteur français très bon et on s’en félicite. Pensez quand même consacrer plusieurs écoutes, une oreille distraite rend tout trop uniforme. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)