Accueil > Critiques > 2004

Miss Kittin : I.Com

jeudi 10 août 2006, par marc


Quand la vague Electroclash (pour faire simple, des sons électro pour une énergie punkoïde) a submergé l’underground, Miss kittin (Caroline Herve de son vrai nom, ce qui le fait moins il faut dire), méritante DJette française est projettée aux avant-postes. Avec de nombreuses collaborations (c’est elle qui chante sur le Silver screen-shower scene de Felix da housecat, hymne electro par excellence), des compilations de mixages de fort haute tenue (Radio Caroline, On the road) et un album avec The Hacker, on croyait tenir une idole ’culte’, c’est-à-dire adulée par un petit nombre de connaisseurs.
Alors arrive ce I.com. Ca commence en terrain connu, histoire de ne pas faire fuir les fans de la première heure. Un rien plus métallique peut-être. Puis c’est le très allemand (en tous cas on pourrait très bien retrouver ce morceau sur une compilation du type label Mofa) Requiem for a hit et le très ’garage’ Meat Sue be she.

Puis on termine la partie récréative. La suite est plus lente, dense et intéressante. Les très bjökiens Happy violentine et Allergic to myself entamment cette partie plus introspective. Les rythmes se ralentissent, les ambiances se font plus moites, en admettant des interludes plus - trop ? - légers comme Kiss Factory ou techno comme Soundtrack of now.
Et puis tout se termine par le plus douteux. On se souvient de la pas terrible reprise de Light my fire par Massive attack (dont l’âme plane sur un morceau comme Dub about me) à la fin du pourtant formidable Protection. Ici, c’est l’impensable L’Aventurier qui passe à la moulinette minimaliste. On comprend mieux les paroles, maintenant, on est sûrs que ça ne vaut rien dire. Merci Caroline.

En devenant Mainstream dans la distribution, Miss Kittin arrive à rendre passionnant de bout en bout un album electro, en révélant sur chaque titre des idées attachantes. Certes, ça reste plus difficile que du Benny Benassi, mais bon, un talent s’épanouit, on a du plaisir à l’écouter. Une bonne surprise donc. Merci Caroline (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)