Accueil > Musique > 2010 > Danger Mouse & Sparklehorse - Dark Night of the Soul

Danger Mouse & Sparklehorse - Dark Night of the Soul

mardi 27 juillet 2010, par Laurent

Le testament de l’ange noir


On n’a pas assez pleuré Mark Linkous. L’ange noir de Sparklehorse, déchu jusqu’à la torsion, a quitté ce monde il y a quatre mois dans le même enchaînement de fureur éclatée et de retenue chuchotée qui présidait à sa musique : le vacarme assourdissant d’un coup de feu tiré en plein cœur, suivi du murmure ténu de ses suiveurs, qui l’ont plaint avec la digne discrétion des hommes de goût. Avant cet ultime et tragique épanchement d’artilleur, il avait commis un fait d’armes bien plus réjouissant, hélas condamné, comme pour consacrer son statut d’artiste maudit, à ne jamais voir réellement le jour.

“Dark Night of the Soul”, fruit d’une collaboration déjà bien entamée avec Danger Mouse – le Midas des studios avait produit le magnifique “Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain” en 2006 – était sans conteste le grand disque fantôme de l’an dernier. En raison d’un litige avec EMI, le duo s’était résolu à n’en publier qu’une version visuelle incluant un riche livre d’illustrations signées David Lynch, lequel livre était alors accompagné d’un CD vierge avec, pour seules instructions à l’auditeur, le pouvoir d’en faire l’usage qu’il estimerait le plus judicieux. La version digitale de l’album était, quant à elle, disponible gratuitement et personne, sans doute, n’aura regretté son téléchargement.

Il est dès lors assez commode de critiquer à froid un disque qui, contre toute attente, a finalement atteint les rayons des disquaires mais qu’on connaît par cœur depuis près d’un an. L’entreprise est cependant devenue moins aisée depuis l’annonce bouleversante du décès d’un de ses maîtres d’œuvre, dont le talent éclate d’autant plus brillamment à mesure que, déjà, il gagnait l’ombre. Peut-être est-ce par modestie, en raison d’un regard trop revêche porté sur lui-même et ses mérites d’interprète gracieusement frêle, que Mark Linkous s’efface ici et a invité, au chant, une pléthore d’artistes tout aussi sublimes.

En effet, “Dark Night of the Soul” n’est pas que le grand disque de deux artistes : sa réussite invite au partage, se love dans un entrelacs de voix fameuses auxquelles le duo offre autant d’écrins parfois puissants, souvent délicats. Au même titre que les formidables Fitzcarraldo Sessions, voilà donc un album qui se repose entièrement sur ses invités sans se priver de dépasser la somme de ses parties, quand bien même elles sont ou ont été à la tête de groupes aussi soufflants que les Strokes, les Pixies ou les Stooges. Frank Black et Iggy Pop s’époumonent ainsi chacun sur un rock pétaradant, livrant la pleine mesure de ce que ces voix de légende ont encore à donner pour peu qu’on leur serve des compositions dignes de ce nom. Plus proche de ses pulsions pop, Julian Casablancas poétise sur une mélodie qui surclasse n’importe quelle plage de son album solo.

Sorti de cet explosif tiercé, c’est plutôt en flottaison qu’on évolue sur le reste de l’album, où Linkous brode de ces ballades floues et bancales dont il a le secret. Il en lègue deux à Jason Lytle, collaborateur évident dont la voix antigravité se marie en toute logique à la musique grave de Sparklehorse ; on pourrait même dire de l’ex-Grandaddy qu’il déambule ici comme un poisson dans l’eau – sans avoir nécessairement recours au sens figuré, tant Everytime I’m With You semble être chanté dans les profondeurs sous-marines. David Lynch aussi se saisit par deux fois du micro – pas étonnant pour qui suit de loin sa carrière musicale parallèle – et apporte à ses contributions l’aura malsaine qui lui colle à la peau.

Parmi les invités prévisibles, on épinglera James Mercer – déjà auteur avec Danger Mouse d’un disque pour les Broken Bells – et Nina Persson, chanteuse des Cardigans mais aussi d’A Camp, side-project initialement produit par Linkous. Comme tous les invités moins surprenants, on ne peut évidemment pas dire que leurs performances comptent parmi les plus mémorables ; cela dit, la qualité ne fléchit pas. Et l’émotion est à son comble lorsqu’un autre ange déchu gémit depuis l’au-delà : Vic Chesnutt, qui confère à Grim Augury l’allure d’un double testament d’écorchés vifs, faits pour se rencontrer avant de mettre, à deux mois d’intervalle, un terme volontaire à leurs douloureux chemins.

On ne peut pas taire en outre les trois meilleurs titres du parcours : Man Who Played God, petit tube folk mouliné en compagnie de Suzanne Vega ; Revenge, morceau d’ouverture qui aurait pu figurer sur n’importe quel disque de Sparklehorse et que Wayne Coyne envoie s’ébattre sur ses propres nuages colorés ; Just War enfin, pur bijou de légèreté probablement écrit en apesanteur, interprété par un Gruff Rhys au service de l’art de la fugue. On sait pour une fois sans le moindre doute que des titres tels que ceux-là, pour nous accompagner depuis un an déjà, ne risquent pas de nous quitter de si tôt.

“In memory of Mark Linkous and Vic Chesnutt”. C’est sur cette dédicace trop sobre que se présente le format physique, enfin disponible et proprement indispensable, de ce projet un temps maudit et peuplé de souvenirs disparates : ceux de concerts émouvants, de disques chéris et d’une voix familière qui, au bout de son itinéraire, a cédé le pas à d’autres comme pour mieux nous préparer à faire son deuil. Symboliquement, voilà pourtant aussi un magnifique album qui s’apprête à connaître une deuxième vie. Espérons que celle de Mark Linkous, fût-ce dans quelque au-delà mythologique ou à travers le culte que lui voueront une poignée de fidèles endeuillés, sera plus heureuse que la précédente.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Danger Mouse & Sparklehorse - Dark Night of the Soul 29 juillet 2010 13:06, par benoit

    c’est dommage que ce disque sorte seulement cette année en France alors qu’on en avait déjà dit plein de bien l’an passé, moi le premier !) mais c’est mieux que ce qu’il ne sorte pas du tout. Et on ne dit jamais assez de bien des grands albums !!

    repondre message

    • Danger Mouse & Sparklehorse - Dark Night of the Soul 29 juillet 2010 20:44, par Laurent

      Cette sortie tardive ne serait un problème en soi si, en l’occurrence, elle ne figurait une issue posthume à cette belle expérience émotionnelle que fut Sparklehorse. Rien que pour rappeler le talent de ce bonhomme, je trouve que ça valait la peine d’y revenir (et puis, c’est l’occasion pour beaucoup de de se rattraper et de se procurer un disque à côté duquel ils seraient passés).

      Je suis allé faire un tour chez toi et j’écoute Herzfeld Orchestra en ce moment même... La bonne journée/soirée !

      repondre message

  • Après avoir écouté l’album l’année dernière qu’est-ce que j’étais frustrée de ne pouvoir l’acquérir physiquement.
    A présent c’est chose faite pour mon plus grand plaisir.
    La comparaison avec We hear voices est judicieuse. J’ai ressenti la même chose avec ces deux albums. On reconnait d’emblée la musique du concepteur à la tête du projet. Pour l’un la musique des Jack The Ripper et pour l’autre le son de Sparklehorse. Puis on reconnait le style propre à chaque featuring. Tout ceci se mélange subtilement tel un minotaure, c’est mystique cette musique.
    Cet album est une pure réussite(un indispensable). Difficile de ne citer que quelques titres quand on les apprécie tous. La majorité est d’accord sur Revenge. Quant à moi j’ai un faible pour le titre de Jason Lytle et contre toute attente le dernier avec son aura mystérieuse.

    repondre message

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une déclamation illustrée (on ne vous en aurait sans doute pas parlé...) mais un vrai album court qui distille (...)

  • Abraham Fogg - Blåkulla

    On termine souvent la critique d’un EP en souhaitant en entendre plus. Vu que les deux morceaux qu’on connaissait d’Abraham Fogg étaient vraiment enthousiasmants, il va de soi qu’on s’est jeté sur ce premier album avec convoitise. On retrouve ces deux morceaux ici, gage de continuité et de revenez-y.
    Il est à noter que dans les éléments fournis avec l’album ce sont surtout les prix pour les courts-métrages qui sont mis en avant. Il est souvent plus compliqué d’appréhender les projets dont la musique (...)

  • Akira Kosemura - True Mothers (Original Motion Picture Soundtrack)

    C’est récemment qu’on a entendu parler du compositeur japonais Akira Kosemura, pour la musique d’une série inédite chez nous qui nous avait bien plu. Comme souvent dans cet exercice, on va se borner à parler de cette musique hors de son contexte cinématographique, comme une oeuvre indépendante qu’elle n’est pas.
    On le retrouve donc très vite pour la musique d’un film dont on n’a pas entendu parler mais qui est labellisé ‘Cannes 2020’, étrange marque d’un festival qui n’a pas eu lieu. La réalisatrice (...)

  • I Like Trains - A Divorce Before Marriage

    Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.
    Ils se redresseront pourtant, (...)