Accueil > Critiques > 2010

Lost in the Trees - All Alone in an Empty House

mercredi 15 septembre 2010, par Laurent

Musique-cendrillon


Indie folk et musique classique font-ils forcément bon ménage ? La tendance eût été à au scepticisme s’il avait fallu compter sans ce disque troublant. Car depuis "All Alone in an Empty House", il devient difficile d’écouter une sarabande de Lully sans l’associer à une bluette de Cass McCombs – l’inverse est sans doute moins vrai.

C’est que Lost in the Trees n’a pas seulement décidé d’incorporer de luxuriants arrangements de cordes à son songwriting pétri d’enluminures. De façon plus originale, le groupe alterne carrément, et avec un naturel confondant, une ritournelle acoustique (Love On My Side) et un authentique mouvement symphonique.

Cependant, c’est dans la mixtion de ces deux éléments que le septette de Chapel Hill se montre le plus à son affaire. Lorsque, presque sans prévenir, les premières orchestrations font leur apparition sur la plage titulaire, la musique de Lost in the Trees acquiert cette dimension tourbillonnante qui l’élève dix coudées au-delà du tout-venant.

Le riff philharmonique de Walk Around the Lake achève déjà de convaincre, cinq minutes seulement après y avoir pénétré, qu’on parcourt un disque magnifique. Construites sur des bases traditionnelles, les chansons prennent quasi toutes, à un moment ou à un autre, un envol majestueux. La pompe en moins : comme un prince de conte de fées menant une vie d’ermite au fond des bois, cette musique-cendrillon cèle sa noblesse sous les haillons.

L’aura de spiritualité qui vient envelopper Wooden Walls of the Forest Church fait réellement croire que cette église est peuplée d’âmes pures, alors que des morceaux comme A Room Where Your Paintings Hang ou We Burn the Leaves renvoient davantage à une certaine tradition anglo-saxonne.

Voilà un de ces secrets bien gardés qui, tapis dans leur cabane, ont choisi de cacher leur beauté aux yeux du monde. Et si, ce soir, on se promenait dans les bois ?


Répondre à cet article

6 Messages

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)