Accueil > Critiques > 2010

Iliketrains - He Who Saw The Deep

jeudi 28 octobre 2010, par Fred, marc

On aime train noir


En plus des groupes qu’on aime bien parce qu’on a pu les mettre dans un classement de fin d’année, il y a cette poignée qui a réussi l’exploit plus d’une fois. Ils se nomment Arcade Fire, Wolf Parade, Tv On The Radio, LCD Soundsystem ou The National. Ou bien Iliketrains. A ce propos, il est remarquable de constater que presque toutes ces formations ont sorti un album cette année. Lesquelles seront les premières à faire une troisième apparition ? Si vous me lisez régulièrement et si vous savez compter les étoiles, le suspense sera bien mince. Je le casse d’autant plus qu’on peut anticiper et d’emblée placer celui-ci dans le nombre

Tout le monde a une petite liste d’albums, de morceaux qui remettent d’aplomb en un instant, nous confirment dans notre statut d’être vivant. Des morceaux vibrants, qui entrent en résonance avec nos aspirations, notre vécu. Iliketrains m’en a fourni quelques-uns, que je liste par pur plaisir, pour pouvoir à la simple évocation capter de petites traces de Terra Nova, Rooke’s House For Bobby ou Spencer Perceval. On retrouve encore ici leur fascination de l’accident, du progrès et de la décadence. D’ailleurs, dire que cet album est fendant d’originalité pour tout qui les a déjà croiser relèverait de l’escroquerie intellectuelle. Pas qu’ils soient totalement apaisés, mais le premier abord est plus avenant, l’album plus ouvert, le tempo plus enlevé que le précédent. Ça sort peut être moins du lot mais ça fera moins peur aux enfants et aux belles-mères.

Mais pour les amateurs que nous sommes, les bonnes choses sont restées, comme cette propension à mêler chant profond et sons de guitare travaillés. Ce n’est donc pas du post-rock chanté, ce qui donne souvent des lignes mélodiques bancales, mais un rock sombre qui s’appuie sur des textures de sons issues du post-rock. A ce stade, je conviens que c’est de la tambouille de spécialiste, dont je vous abreuve déjà plus que de raison. Surtout que dans le cas qui nous occupe, la musique d’Iliketrains est viscérale, prend à l’estomac, n’hésitant pas parfois à centrer un morceau sur une basse ronde couplé à un chant grave et posé (Father’s Son). On sait, on peut dire ça de certains bons U2 aussi, mais ça peut produire une pépite de bonheur matinal pour navetteur.

C’est sans doute un peu frustrant pour le scribouillard et le lecteur, mais il y a des groupes « qui l’ont » et d’autres qui ne l’ont pas, ou moins. Et ce groupe-ci, sur album comme sur scène, est indéniablement de la première série. La voix du chanteur est ainsi un des détails qui font la différence. Elle peut s’épancher sur Sirens et surtout permet de vraies pures mélodies, qui confèrent à ces albums un très sérieux avantage (Hope Is Not Enough). De plus, elle peut porter à elle Progress is a Snake l’espace de quelques mesures durant lesquelles la guitare se tait. Puis les batteries se font irrésistibles mais c’est une autre histoire. Mémorable aussi est Sea Of Regrets, au final paroxystique destiné à se frayer une place parmi les morceaux déjà cités. When We Were Kings quant à lui ne figurera peut-être pas dans leur panthéon, mais même dans ces moments-là on leur est reconnaissant de ne pas nous lâcher. Il n’y a peut être pas une réussite fracassante sur chaque morceau mais le marquoir est clairement en leur faveur au coup de sifflet final.

Sans sucre ni lait, c’est comme ça que j’aime le café. Classieuse et mélancolique, c’est comme ça que j’aime la musique. S’il ne marque pas d’évolution majeure, cet album enfonce le clou des deux prédécesseurs qui m’étaient déjà très chers.


Répondre à cet article

4 Messages

  • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 13:44, par Benjamin F

    J’ai du l’écouter trop rapidement. En fait j’y ai brièvement retrouver les mêmes défauts que le dernier Interpol et je n’ai (à tort) pas poursuit. Je vais retenter ma chance.

    Sinon dîtes moi Marc et Fred, quand vous signez tous les deux un article c’est que vous l’avez co-écrit ? Si oui comment ça se passe cette écriture à quatre mains ? (Je suis curieux, je sais^^)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

    • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 14:22, par Marc

      C’est vrai que c’est dans les deux cas du rock un peu sombre mais celui-ci est quand même bien plus convaincant. Bon, c’est un de mes groupes préférés dans l’absolu.

      En général, on écrit des notes, puis on regroupe, ce qui est un exercice plus ou moins difficile. On a même cosigné un article à quatre mais c’était vraiment compliqué à goupiller (le résultat est ici...

      repondre message

  • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 21:53, par roydanvers

    Grosse déception pour moi. C’était pourtant également un de mes groupes favoris. Je n’accroche pas . Rien.

    repondre message

    • Iliketrains - He Who Saw The Deep 30 octobre 2010 18:18, par le cousin de la Reine de Trêfle

      ILIKETRAINS était un des groupes favoris de feu ma cousine, la Reine de Trêfle...C’est aussi l’un des miens ...
      (un peu) déçu par ce N°3... malgré la flamboyance et la majesté, toujours présentes ;
      mais , comme TINDERSTICKS, ou LAST HARBOUR (leurs cousins ...), toujours très au-dessus du tout-venant !

      repondre message

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)