Accueil > Musique > 2010 > Maximum Balloon - Maximum Balloon

Maximum Balloon - Maximum Balloon

samedi 2 octobre 2010, par Laurent

Renard des surfaces


Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il justement se désoler qu’à l’image du Rain Machine de son frères d’armes Kyp Malone, les balades en solitaire des membres de Tv On The Radio voient se diluer l’alchimie si louable du groupe au complet ? Ou bien, est-il de bon ton d’orienter le débat vers le casting prestigieux que réunit ce premier album de Maximum Balloon, lui garantissant un succès presque trop facile ?

D’avance rebuté par l’éventualité d’un plan analytique exhaustif, on va finalement se contenter d’apprécier les chansons. Embrassé dans sa totalité, l’album possède une homogénéité plus redondante que cohérente. Contrairement au splendide “Dark Night of the Soul”, autre disque « all stars » parfaitement espacé, ce “Maximum Balloon” voit Sitek appliquer à la lettre la formule qui modela la perfection de “Dear Science” : un funk cybernétique, savant mélange de chaud et froid à même de célébrer une modernité sordide. Sauf que, ressassé par les mêmes organes désenchantés – Tunde Adebimpe et Kyp Malone bien sûr, mais aussi les trop analogues Theophilius London ou Aku – le groove a tendance à radoter.

Il y a bien les voix des filles pour varier les plaisirs, mais la tête de gondole de Celebration, Katrina Ford, n’empêche pas davantage Young Love de faire du rase-mottes ; quant à Little Dragon, on l’a connue plus en verve sur le dernier Gorillaz qu’en goguettes synth-pop sur le charmant mais un peu léger If You Return. Pourtant, alors qu’on n’arrête pas de vous bassiner avec ces disques en deux temps qui font du sur-place après avoir fait péter le turbo, et comme Marc vous disait récemment que d’autres s’y prenaient bien mieux, on constate une poussée de fièvre bienvenue sur la seconde partie de “Maximum Balloon”.

Synonyme de fièvre à l’instant même où elle pousse le moindre feulement, Karen O relance la machine de façon inespérée en plage 6 (Communion). Ensuite, composant avec une de ces voix trop attendues, Tiger propose malgré tout un moment de vraie fureur dansante, comme au temps du meilleur Rapture, et l’habitué des featurings branchés David Byrne ne s’est pas laissé refiler le beat le plus dégueux (Apartment Wrestling). Mais ce sont deux princesses de l’obscurité qui délivrent les plus précieux instants. Inutile de vous répéter tout le bien qu’on pensait d’Holly Miranda ; en délicieuse pécheresse, elle inculque The Lesson comme on invite à mordre au fruit défendu. Et comme Sitek a voulu garder le meilleur pour la fin, c’est le croissant lunaire de Shivaree qui referme l’album : plus vénéneuse que jamais, Ambrosia Parsley hante un Pink Brick tout dévolu à sa belle et inquiétante présence.

Une fois de plus, on s’est davantage laissé séduire par les voix féminines – et on préférera, du coup, les plages paires aux impaires – mais l’équation est un rien moins simpliste que cela. On constate à tout le moins que certaines compositions de Maximum Balloon valent leur pesant de pépites et que, pour peu qu’il enrichisse son carnet d’adresses – faire ami-ami avec Jennifer Charles ou Jason Lytle, par exemple, constituerait un bon point de départ – Dave Sitek a encore plus d’un atout dans son jeu. Il ne raflera pas la mise cette fois-ci, mais conserve sans problème son statut de renard des surfaces sonores. Comme un baptiste dans le Pactole, Sitek convertit au moins un disciple sur deux à son toucher aurifère. C’est déjà beaucoup.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Morcheeba - Blood Like Lemonade

    Guerre propre
    Ce qu’il y a d’embêtant avec le dernier Morcheeba, c’est que c’est le genre de disque dont on rédige la critique avant même de l’avoir écouté. Qu’il est difficile de passer outre les a priori autour d’un groupe qu’on a d’abord beaucoup aimé et par qui on s’est ensuite senti trahi. Déjà, à l’époque de “Charango”, les signes d’essoufflement étaient patents mais en même temps, la volonté d’évoluer – fût-ce vers la désincarnation – n’aurait pu être blâmée. Puis le départ de Skye Edwards, voix de (...)