Accueil > Critiques > 2010

Black Heart Procession - Blood Bunny/ Black Rabbit

jeudi 11 novembre 2010, par Fred

Plus c’est long...


Les EP sont apparemment une des plages de détente des membres de Black Heart Procession où ils se laissent aller à des compositions plus longues, plus alambiquées.
Les 8 titres proposés comprennent 3 chansons originales du groupe, ainsi que 5 remixes réalisés par leur amis de San Diego ainsi que par ... eux -mêmes. Enfin, par Mr Tube, le projet parallèle du chanteur Paulo Zappoli.

Pour apprécier BHP, rappelons qu’un des prérequis est d’apprécier les disques d’ambiance avec des longues montées en puissance. Mais bon, vous rappeler ça, c’est un peu comme vous dire de prendre un maillot pour la piscine ; ça ne vous dit pas comment est l’eau.

Et bien l’eau est bonne et Blank Page est d’emblé une réussite. Construit au départ d’un ligne de guitare couplée à un autopan, le reste de instrumentation arrive en couche successive. On rentre petit à petit dans le bain à remoux d’ambiance de l’album, on s’y abandonne. On est alors prêt à recevoir la suite, les montées de piano lentes de The Orchid, ses vagues plus creusées.
La vibration et les bruits délicats de Silence : Un sorte de symphonie de couverts et de verrerie enregistrée dans une salle de bain.On reconnait la même étrangeté domestique sur Heaven Below.

Dans la suite du périple, les synthés sont plus flamboyant,plus 60’s sur Devotion. On s’approche du son psyché, voir tribal ; à la façon du dernier Flaming Lips ou des albums de Liars.

Au niveau des remix, certains m’ont par contre moins convaincu. C’est souvent l’apanage des EP de proposer quelques bons morceaux et de décevoir sur les plages remix. Freeze n’apporte pas grand chose au propos. Cette voix surchargée survolant l’ensemble musicale gâche bien le tout.
Deux remix de Drugs forment pourtant la pièce final et le cloture sur un point d’orgue. Le premier, on le doit à Eluvium et on y retrouve son travail Ambient .
Cette envolée éthérée presque intangible au début gagne en substance au fur et à mesure que quelques notes du thème de piano de Drugs apparaissent. On joue sur les fausses fins et les faux départs, La conclusion du thème harmonique arrive enfin après plus de 9 minutes. C’est long, c’est long, mais qu’est ce que c’est bon !
Et le même thème est directement réutilisé dans un remix dû à Jamiel Sax. Dans une Interprétation plus proche d’un DnB de bon gout tenant décidément la route, il a cependant du mal à soutenir la comparaison avec la plongée en apnée offerte par Eluvium.

On ne peut vraiment pas être déçu de cet EP. La matière n’est certes pas bien épaisse mais elle devra faire plaisir aux amateurs de rock indie que vous êtes.

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)