Accueil > Musique > 2010 > Warpaint - The Fool

Warpaint - The Fool

vendredi 26 novembre 2010, par Marc

Quatre filles dans le vent glacé


Retapons sur ce vieux clou et insistons sur l’importance des premières parties. Et les statistiques sont formelles, plus il y en a plus il y a de chances de tomber sur une bonne. Parmi les trois formations qui ont chauffé la scène pour la bruyante prestation de Wolf Parade se trouvait le quatuor féminin de Warpaint. Tout de suite, leur cold-wave certes très référencée a fait mouche, suffisamment pour que l’envie d’en écouter un album se fasse sentir en tous cas.

Pourtant, le revival années ’80 commence à nous rendre un peu nerveux, même si on peut encore découvrir de très bonnes choses. On pense à leur compatriote de Zola Jesus ou encore aux excellents The XX (quand le rythme se fait plus lent). Bonne nouvelle pour ceux qui comme moi saturent d’entendre le « retour des synthés » depuis 7 ou 8 ans, ceci est basé sur un trio guitares-basse-batterie plus direct, plus dans la lignée d’un Siouxie and The Banshees. La conjonction de la basse et d’une guitare n’assurant pas de rythmique est très typé, et pas vraiment désagréable, donnant des combinaisons qui font souvent mouche. On se surprend plus d’une fois à balancer la tête sans l’avoir vraiment décidé.

Mais la confusion guette parfois au détour d’un Bees décousu. Et quand les voix poussent dans les aigus, l’effet n’est pas toujours des plus heureux (Warpaint). C’est une des limitations de l’album pour moi, qui ne prend pas sur un Majesty, même s’il faut admettre que ce n’est pas dérangeant sur scène. Dans les meilleurs moments, on retrouve la froideur de certains PJ Harvey (See Your Arms Down).

Dans un tel album, la balade acoustique Baby apparaît comme une petite surprise. Et sortie du contexte, on ne pourrait pas soupçonner le contre-emploi. Je n’ai pas dit que c’est la perle folk de l’année, mais ça montre que leur panoplie ne se limite pas aux années ’80. Il y a même une balade plus éthérée au piano (Lissie’s Heart Murmur)

Au final, et au risque de ne pas user d’un vocabulaire à jour, ceci est un chouette album. S’inspirer plus que fortement d’une époque n’est pas vu comme un aveu de faiblesse de nos jours, c’est carrément une marque de fabrique. En se détournant des synthés qu’on a trop entendu récemment, elles nous plongent dans d’agréables souvenirs, même si dans un genre connexe, la fulgurance de The Organ faisait encore mieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Warpaint - The Fool 26 novembre 2010 20:21, par Mathusalem

    "Chouette" Album en effet !

    repondre message

  • Warpaint - The Fool 29 novembre 2010 16:17, par Benjamin F

    Oui c’est un chouette album et c’est un peu son principal défaut : il n’arrive jamais à dépasser le stade du sympathique.

    Bon maintenant je me garde la longue prose de Laurent sur le Kanye West pour le trajet de ce soir :)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

    • Warpaint - The Fool 30 novembre 2010 14:17, par Marc

      @Mathusalem

      Je savais que cet album te parlerait

      @Benjamin F

      Evidemment, il y a quand même un risque non négligeable de ne pas revenir là-dessus. Mais ’chouette’, c’est déjà ça, non ?

      repondre message

  • War’saw’ paint - The Fool 12 janvier 2011 22:21, par Florent J

    Juste une question, comment peut on qualifier cette musique de "Cold Wave" ? Elle est diamétralement opposée à cela, j’en veux pour preuve le son du premier Ep et celui de l’album... N’as tu pas inter-changé "Closer" avec la pochette de "The Fool" ?

    repondre message

    • War’saw’ paint - The Fool 13 janvier 2011 14:24, par Marc

      Evidemment, l’étiquette ’coldwave’ est réductrice, comme toutes les étiquettes. On ne retrouve pas ici l’esprit de Joy Division sans doute, mais si on étend cette définition à Siouxie and The Banshees, Warpaint peut s’en revendiquer. C’est sans doute par facilité que c’est employé, mais les voix bourrées d’échos, le son guitares n’en est pas trop éloigné, si ?

      repondre message

      • War’saw’ paint - The Fool 13 janvier 2011 19:22, par Florent J

        Il est évident que le "son" de Warpaint est bien plus proche de celui de Siouxie and The Banshees que des compères de Curtis...

        "C’est sans doute par facilité que c’est employé" Jamais la facilité tu n’emploieras jeune padawan. Yoda :)

        repondre message

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)