Accueil > Musique > 2011 > Faust - Something Dirty

Faust - Something Dirty

lundi 28 février 2011, par Marc

Canal historique


Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on soit emportés. Ou dégoûtés, je me rends compte que cette probabilité n’est pas faible. Surtout qu’ils tracent leur propre chemin, au risque de perdre du monde en route. Créer des paysages sonores à base de batterie et de cris de guitare, voilà le challenge. En pratique, ça se traduit par des éclats de guitare avec de vrais morceaux de wah-wah dedans ou encore du terrorisme sonore (Pythagoras) qui sur un fond de batterie réminiscent du Colony de Joy Division sonne comme un soundcheck d’A Place To Bury Strangers. Kermesse donc.

Alors, oui, c’est rude, assez rude même… Et ne comptez pas sur moi pour vous faire croire qu’on en ressort indemne, qu’on s’y balade comme dans un album d’Au Revoir Simone. La remarque déjà citée sur la musique expérimentale garde une pertinence toute particulière en l’espèce. Surtout que l’aspect rêche et brut rend étrange certaines excentricités, comme les peu réjouissantes paroles en français de la plage titulaire ou ce type qui beugle du Françoise Hardy puis de l’engagement suranné sur un fond de caisses claires qu’on pensait remisées depuis Tago Mago (Je Bouffe).

Cette allusion à une œuvre majeure de Can n’est pas anodine, puisque Faust est une de ces formations survivantes du long soubresaut allemand qui secoua le monde la musique. Terroristes sonores, tendance canal historique donc. Quand on entend une basse tendue, on brandit le Krautrock, c’est un réflexe pavlovien bien connu des scribouillards musicaux que nous sommes. On a en effet souvent l’occasion de trouver des traces de Can dans plein de choses qu’on aime (de LCD Soundsystem à Fujiya & Miyagi en passant par Portishead ou The Coral) mais le kraut, c’était plus vaste que ça, plus complexe. Si j’ai toujours autant de plaisir à réécouter du Can, j’avoue qu’il est plus difficile de se frotter à Faust ou Neu. Il fait être honnête, cette ancienneté n’a pas suffi à générer beaucoup de critiques ni de commentaires (en voici un petit). Les comparaisons avec Can peuvent sembler un peu trop évidentes mais c’est assez troublant, et pas toujours à l’avantage de ceux-ci. Certains anciens albums de Can restent toujours passionnants, au-delà même de leur intérêt historique. On peut aussi s’étonner que la relecture qui est faite du son de l’époque soit aussi littérale. Wire nous a montré dans un passé récent qu’on peut évoluer sans trop de nostalgie même après 35 ans d’existence.

L’expérimental, c’est aussi ça, le résultat d’un tri un peu lâche qui fait certes ressortir les bons moments (il y en a) mais impose de serrer les dents à d’autres. Cette survivance n’a pas rentré les griffes, ce qui réjouira sans doute les puristes mais le simple amateur que je suis n’a pas été conquis outre mesure.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Faust - Something Dirty 28 février 2011 10:37, par mmarsupliami

    Sans que ceci s’adresse plus à cet article qu’à d’autres, c’est un sujet fascinant celui des groupes légendaire(s) ou devenus tels après coup. C’est inévitable, on les lit et les relit en fonction de la suite de l’histoire et de son expérience à soi...
    Je reprends cette citation d’AMG : "There is no group more mythical than Faust," wrote Julian Cope in his book Krautrocksampler, which detailed the pivotal influence the German band exerted over the development of ambient and industrial textures.
    Une bible (traduite), ce Krautrocksampler : http://neospheres.free.fr/disques/cope.htm.
    Ah, Julian Cope !

    repondre message

  • Faust - Something Dirty 28 février 2011 12:26, par Benjamin F

    Faust est vraiment un groupe à l’histoire passionnante (ne serait-ce que pour la cohabitation des 2 Faust actuels). Je suis étonné que ce nouveau disque ne suscite pas plus d’intérêt, surtout qu’il n’est pas si expérimental, c’est même du bon vieux krautrock bien défini :)

    Il y a beaucoup beaucoup de choses à dire sur eux. Peut-être que j’y reviendrai ultérieurement :)

    Sinon la critique de Thomas sur Interlignage est une bonne porte d’entrée vers ce groupe bien plus riche qu’il n’y parait :

    http://interlignage.fr/2011/02/faust-something-dirty/

    repondre message

    • Faust - Something Dirty 28 février 2011 14:07, par Marc

      Il est parfois difficile de critiquer un album en faisant abstraction de l’histoire, en se concentrant sur leurs oeuvres présentes. Il y a selon moi un peu de complaisance sur cet album, même si au final le résultat est plus convaincant que, disons, les élucubrations de la Geoff Barrow de Portishead sur Beak>.

      Merci pour les liens en tous cas, on ne perd jamais une occasion de s’instruire...

      repondre message

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)

  • Deerhoof - Deerhoof vs. Evil

    Hello Kitty
    Si le genre n’existe pas encore, il est plus que temps de l’inventer : celui du rock blanc à chanteuse d’origine japonaise. D’Asobi Seksu à Blonde Redhead, de Nedry à Little Dragon, on ne compte plus ces formations qui immergent leurs sonorités tapageuses dans les brumes d’un organe tendrement mutin, furieusement rêveur. À croire que ce cliché de la jeune Tokyoïte en tenue d’écolière, capable – à force de gloussements et de bonds extatiques – de masquer les pires horreurs sous un ruban rose (...)