Accueil > Critiques > 2011

The Tree Ring - Generous Shadows

lundi 14 mars 2011, par marc

Variations


On l’a déjà dit, il y a une myriade d’albums qui passent dans nos oreilles sans atteindre la case critique. Parce que non seulement il faut pouvoir l’écouter suffisamment pour éviter les préjugés et les avis superficiels, mais aussi parce que certains ne laissent pas de place au ressenti. En clair, on ne trouve rien à en dire et on aime bien les articles d’une certaine longueur. Passez le paragraphe suivant pour éviter l’évocation unique de certains noms.

Pour ce début 2011, vous n’entendrez donc pas parler de Dolorean, Iron And Wine, Dissapears, Gang Of Four, Gruff Rhyss, If By Yes, Hercules and Love, Montauk In February, Parts & Labor, Silk Flowers, Frankie and the heartstrings, Arboretum, Six Organs Of Admittance ou encore Keren Ann.

Certaines formations inconnues se fraient pourtant un chemin avec aisance, puisqu’après dix secondes on sait que des écoutes, il y en aura d’autres. Sans doute que la voix dégage ce qu’il faut d’humanité, sans doute que la beauté simple de ce violon est inspirée, sans doute que ces moments où la grosse caisse se débrouille seule pour qu’on puisse reprendre notre souffle sont judicieux. Puis ce morceau d’introduction prend son envol, alors qu’on était déjà content de l’admirer au sol.

Pour le reste, on sait fort peu de choses de ce groupe, sinon qu’il a été initié par Joey West à San Diego, et que visiblement, une certaine forme d’authenticité (oui, c’est vraiment enregistré en cabane) tout comme une créativité généreuse (tout acheteur de t-shirt reçoit l’album, ce genre) sont deux puissants incitants. On retrouve la limpidité de certains Decemberists, ceux qui ne sont ni un Genesis midwest ni de la musique de feu de camp (Dreams Where I Am Sleeping) et leur ampleur n’est pas prétentieuse. La façon dont Song For H. Korth se déploie consolera peut-être ceux qui n’ont pas suivi Sufjan Stevens dans ses récentes expérimentations.

Beaucoup de ressources du genre y passent, comme les pizzicati ou un harmonium qui enrobe un violon souvent très inspiré. Les passages instrumentaux sont vraiment très recommandables, à tel point que la voix, pourtant parfaitement en place, pourra sembler superflue parfois.

Alors que le début de l’album enchante vraiment, on sent que le meilleur a été lâché d’emblée. Pourtant, on n’entend rien de rédhibitoire, mais presque à chaque fois, l’attention s’est perdue, faute d’avoir été relancée par des mélodies plus immédiates. Fait important, je n’ai jamais interrompu cette écoute, comme un manteau dont on a senti la chaleur au moment de le mettre et qu’on ne voit pas l’intérêt de l’enlever. On se sent bien lové au sein de cet album qui nous prend par les sentiments.

On l’a dit, on entend une révolution sonore toute les dix-sept lunes (j’ai compté). On ne peut donc départager ce qu’on écoute qu’à l’aune de la composition et de l’interprétation. On peut donc écouter indéfiniment les albums qui nous plaisent ou découvrir des variations, certes pas énormes, mais qui diversifient un peu le plaisir. Pour les tenants de la seconde option aimant les choses délicates et bien faites, ce groupe est une suggestion comme j’en fais tant. Qu’importe un air de déjà-entendu si ça fait plaisir de le réentendre.

http://music.treeringmusic.com/album/generous-shadows

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)