Accueil > Musique > 2011 > Keren Ann - 101

Keren Ann - 101

vendredi 8 avril 2011, par Laurent

Une


101 symboles pour une chanson définitive.
100 pas pour arpenter une artiste indispensable.
99 pourcents d’amour inconditionnel.
98 comme l’Orphée de Thiéfaine, « exilé loin de la Terre ».
97 pour appeler son Israël natal.
96 religions pour contredire sa foi.
95 thèses contre l’excès d’indulgence.
94 raisons de rejeter l’auto-complaisance.
93 ou la Terreur de la répétition.
92 idées cachées derrière le masque des habitudes.
91 naissances fêtées par la routine.
90 degrés pour des virages ni trop serrés ni attendus.
89 versets qu’elle psalmodie dans ses nouvelles obsessions bibliques.
88 constellations où son étoile cherche sa place.
87 années-lumière du tout-venant.
86 millimètres entre son cœur et son âme.
85 façons d’envisager une carrière sans plan de carrière.
84 futurs incertains, pessimistes, orwelliens.
83 occasions de signer un morceau pop sous Prozac (My Name Is Trouble).
82 et quelques prétextes de mépriser la pop balayés.
81 pièces de puzzle ou de mélodie pour revenir, « there couldn’t be a better way through ».
80 jours pour faire le tour du monde et ramener des souvenirs amers (Song from a Tour Bus).
79 comme l’or qui sied mal à ses disques.
78 comme le platine qu’elle laisse à d’autres prétendants.
77 ans avant d’être trop vieux pour ce jeu-là.
76 kilomètres par jour pour défendre des ébauches.
75 à Paris pour enregistrer des chansons léchées.
74 pistes d’instrumentations distillées.
73 arguments pour prétendre qu’elle fait tout de même du rock.
72 pharisiens prêts à la dénoncer.
71 juges dans le Sanhédrin qui décidera de son sort.
70 âmes pour l’accompagner dans son exode.
69, année érotique qui a laissé des traces dans un chant lubriquement détaché.
68 trucs chics pour afficher une sensualité inquiétante (Run With You).
67 chansons d’un répertoire de plus en plus affranchi.
66 comme la route qui mène à son Amérique intérieure.
65 miles à l’heure et souvent bien moins vite.
64 résolutions de renoncer au français pour toujours.
63 intentions de ne plus être associée à la chanson hexagonale.
62 envies de se ressourcer à ses racines folk.
61 comme cette autre autoroute revisitée.
60 secondes pour dénombrer All the Beautiful Girls.
59 organes entremêlés, comme avant mais autrement.
58 voix d’enfants, non plus angéliques mais fantomatiques.
57 sortes d’amour à donner pour ne pas se dire qu’elle a épousé un fantôme.
56 phrases musicales empreintes de douce mélancolie, notes de basse chaude ou arpège de fin de nuit.
55 chutes, disait Marissa Nadler, « and there she lies ».
54 mobiles pour faire le point sur son parcours.
53 preuves d’un talent né dans la douleur.
52 cartes à redistribuer.
51 fausses pistes pour atteindre la lumière.
50 portes d’impureté à refermer avant de gagner cet éther.
49 ans qui nous séparent des Surfaris, et Sugar Mama cite Wipe Out.
48 nouvelles excuses pour aimer le sucre.
47 évidences pour aucune facilité.
46 chromosomes d’universelle humanité.
45 possibilités de trouver une part de soi dans son ADN à elle.
44 passages vers son for intérieur.
43 écoutes attentives.
42 bpm de moyenne.
41 minutes de finesse.
40 frissons tout du long.
39 marches vers un sommet personnel (Strange Weather).
38 pauses pour reprendre son souffle.
37 bougies soufflées et un album de plus à célébrer.
36 chandelles qu’on voit en semi-léthargie.
35 millimètres de pellicule pour un instantané de vie.
34 espoirs de retrouvailles plus charmantes encore.
33 miracles, mais pas un de plus.
32 chemins vers une sagesse qu’elle a sans doute caressée.
31 titres dans le livre de Nick Hornby, et son absence est malheureuse.
30 titres sur le double blanc des Beatles, et le bonheur est toujours une arme chaude.
29 jours avant la pleine lune, et qu’elle hurle dans la nuit.
28 dominos dans un jeu, et tout s’imbrique à la perfection.
27 secondes pour finir en beauté et au vent (She Won’t Trade It for Nothing).
26 lettres pour écrire des textes désabusés.
25 images par seconde de musique suggérées.
24 heures de neige au cœur de l’été.
23 mesures de doo-wop au milieu des litanies.
22 v’là les flics, et « now there’s blood on my hands ».
21 grammes d’être envolés.
20 centilitres de sueur versés.
19 watts de lumière tamisée.
18 carats de pureté.
17 balais pour se rappeler, avec Rimbaud, qu’au fond rien de tout ça n’est sérieux.
16 cordes somptueuses (You Were on Fire).
15 minutes de gloire warholienne.
14 hectares dans le champ des possibles.
13 chats noirs pour griffer ses superstitions.
12 pages d’un livret taché de sang.
11 de niveau sur aucun de ses amplis.
10 chansons à décocher comme on susurre.
9 millimètres au canon de son Browning.
8 rayons dans la roue de la vie.
7 jours pour se créer un monde inédit.
6 albums au compteur.
5 stigmates à panser.
4 vérités à révéler.
3 mousquetaires à la rescousse : Bardi Johannsson, Maxime Moston, Albin de la Simone.
2 testaments pour se livrer plus achevée : elle hier et elle aujourd’hui.
1 femme tout entière : Keren Ann.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

7 Messages

  • Keren Ann - 101 8 avril 2011 15:00, par mmarsupilami

    J’avais mis un message débile et il n’apparaît pas...

    Soit il est pas passé, coincé dans l’espace supra-temporel. Si c’est le cas, je remercie le Saint-Esprit des posteurs idiots qui oublient de tourner sept fois leur clavier dans leur bouche avant de poster...

    Soit vous l’avez retiré parce qu’il ne me ressemblait pas et, alors, c’est vous que je remercie de votre humanité !

    Bon week-end, à vous les amis, même si tout ça ne nous rendra pas le Congo, hein !

    (Oui, Laurent,t’auras compris, j’imagine, que je ne partage pas ton opinion. C’est même bien plus pire que tout ce que tu peux imaginer !)

    repondre message

    • Keren Ann - 101 8 avril 2011 15:26, par Laurent

      Il va de soi que je n’aurais pas supprimé un message quel qu’il soit, et ce pour deux raisons :
      1) Je ne sais pas comment on fait.
      2) Tout le monde a le droit de dire ce qu’il pense tant que ça n’a aucune connotation raciste, sexiste, diffamatoire ou d’incitation à la haine de Keren Ann.

      Que tu ne partages pas mon opinion, je ne le sais que trop bien ! Je pense que la lecture de ta critique m’a inconsciemment influencé d’ailleurs. Parce que je me suis dit : "Ah ben manifestement cet album ne fera pas l’unanimité." Et puis je me suis même dit : "Ah oui quand même il y va fort, là." Et puis sur la fin j’ai pensé : "Mais c’est une cabale !"

      Bon, j’exagère. Toujours est-il qu’une partie de mon texte (même s’il n’est pas écrit sur le mode le plus limpide qui soit) répond un peu au tien, en essayant de prévenir les assauts avec de (faux) arguments (réappropriation des codes pop, refus de l’immobilisme, soin de la production, etc.).

      Moi j’entends là une artiste au parcours magnifique et dix chansons qui me convainquent totalement (certaines plus que d’autres) dans leur quête d’évidence, d’immédiateté. Dix très belles réussites d’écriture et un single introductif d’une savoureuse dualité. Tout le reste est sensuel, sobrement mélodramatique, et les deux dernières plages sont extraordinaires. Donc vraiment, je ne comprends pas les accusations (nombreuses) de traîtrise radio-friendly. Le morceau le plus radio-friendly de Keren Ann c’était Jardin d’Hiver et c’était sur son tout premier album...

      Dis, ce ne serait pas du snobisme ? :D :D :D

      repondre message

    • Keren Ann - 101 8 avril 2011 15:27, par Laurent

      Surtout, n’hésite pas à renvoyer ton premier message hardcore ! Un bon pugilat, pour une fois, ras-le-bol d’être civilisé à la fin... ;)

      repondre message

      • Keren Ann - 101 8 avril 2011 15:33, par Marc

        Je n’ai pas vu non plus passer de message. Même ceux qui sont refusés (les spams, pas les critiques...) apparaissent normalement.

        Je profite de l’occasion pour mettre un lien vers ton article, qui est plus proche de ce que je pense, même si je ne l’ai pas écouté suffisamment pour m’en faire un avis plus nuancé.

        repondre message

  • Keren Ann - 101 8 avril 2011 17:12, par Marie

    Je n’aime pas trop Keren Ann, mais je salue la beauté de la forme (et du fond) de cet article.

    repondre message

    • Keren Ann - 101 8 avril 2011 17:26, par mmarsupilami

      C’était parfaitement idiot et (je trouvais) "unfair" par rapport à une critique jolie qui a pris du temps...

      Je bouclais donc ton compte-à-rebours d’un sec :

      Zéro, tout ce qu’elle mérite !

      Mais que c’est con !

      Maintenant que je sais que t’aimes bien, j’hésiterai plus à te secouer un peu, d’autant que tu viens mettre des commentaires quasi pornographiques chez moi !
       :-D

      repondre message

      • Keren Ann - 101 8 avril 2011 17:58, par Laurent

        Effectivement, c’était du bon commentaire. Je l’ai même pas vu venir alors que j’ai tendu le bâton à mort... Je dis : joli.

        repondre message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)