Accueil > Critiques > 2011

Julianna Barwick - The Magic Place

lundi 9 mai 2011, par marc


Un des moindres paradoxes de notre époque n’est pas le retour de la voix au milieu d’un monde de possibilités technologiques qu’on devine sans fin. D’un côté, il y a ceux qui se disent qu’il n’y a pas d’époque pour être intemporel si on a des morceaux formidables à défendre. C’est ce que font les Fleet Foxes et on y reviendra plus tard si vous voulez bien. A l’autre bout du spectre, il y a les artistes comme cette chanteuse du jour qui triture, maltraite la voix et l’utilise comme matière première organique d’une musique céleste.

Cette époque est une époque de coexistence, à un tel point que même les tendances lourdes se chevauchent. Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Mais comme pour tous les instruments, il y a ceux qui pourront en jouer avec talent et puis les autres. Je mettrais sans trop de scrupules Juliana Barwick dans la première catégorie. Elle s’en sert ici pour organiser des rencontres entre les voix, et le mélange prend la plupart du temps. Il y a évidemment plusieurs niveaux d’écoute ; En tant que musique de fond, d’installateur d’ambiance. Et puis parfois on se prend à tendre l’oreille plus avant, par simple curiosité ou parce qu’on se rend compte qu’on a un article à boucler.

Dans ce cas, on peut distinguer d’éparses notes de piano, ce qui la rapproche d’artistes comme Eluvium (Cloak). Sur Vow, ce sont de petites notes de basse. Mais le morceau le plus fourni en la matière reste Prizewinning. Ces petits ajouts constituent en fait le point d’articulation de ce morceau. Et le petit gimmick se fait rivière, fleuve et puis torrent (ce qui n’est pas raccord avec l’hydrographie j’en suis conscient).

De temps en temps, c’est l’abstraction qui tente, qui fait envie. Et quand cette forme très éthérée est un entrelacs subtil de voix célestes, le résultat peut aussi être euphorique. Il y a cependant des chances que vous adorerez ou vous ennuierez tout d’un bloc à l’écoute de cet album. Mais le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est de vous laisser emporter par ces sirènes.

Encore une fois, le Mmarsupilami a été rapide sur cette balle
http://juliannabarwick.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Julianna Barwick - The Magic Place 9 mai 2011 19:07, par Mathusalem

    Assez d’accord avec toi, c’est d’ailleurs mon disque de chevet depuis quelques jours…Certains esprits mal intentionnés pensent autour de moi qu’il s’agit là d’un CD de relaxation, pareil à ceux qu’on vend dans les supermarchés, entre les savons à la lavande et les baguettes d’encens…Je m’insurge ! Il y a dans celui-ci quelque chose de subtilement raffiné, de magique, de déroutant…La classe, la vraie, tient parfois a tellement peu de chose…

    repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)