Accueil > Musique > 2011 > Soft Metals - Soft Metals

Soft Metals - Soft Metals

jeudi 8 septembre 2011, par Marc

Etat d’esprit


La crise, c’est aussi maintenant. Est-ci pour ça qu’on voir revenir tant de groupes sur le début des années ’80 ? Comme The XX ou Zola Jesus, certains peuvent capturer une ambiance révolue en des morceaux actuels. Parce que la musique, c’est aussi la communication d’un état d’esprit et que certains sont plus doués que d’autres pour la capter, il faut qu’on saisisse au vol l’occasion de profiter des bons et faire passer la bonne nouvelle. C’est l’enthousiasme du Mmarsupilami qui avait été décisif pour moi, et je me joins à lui, même s’il m’a fallu plusieurs écoutes pour prendre toute la mesure de la qualité de cet album. C’est en remarquant que j’y revenais tellement souvent que j’ai compris que je tenais un de mes albums essentiels du moment.

Alors, oui, ce que fait ce duo est plus convaincant que bien des choses qu’on a entendues dans le genre récemment. Il faut avoir pouffé sur l’album de John Maus qui tentait et ratait la rencontre d’Ian Curtis et une boule à facettes pour en prendre la pleine mesure.

A chaque fois, on est surpris de l’étendue des groupes sortant de Portland, Oregon ; Ce duo en provient, et pourtant est bien éloigné des univers de leurs concitoyens (Menomena, Eluvium, Yacht, The Shins, Modest Mouse), même si on trouve sur cet album une palette bien plus large qu’on pourrait le soupçonner ; Ils arrivent en effet à mêler avec une belle cohérence des voix occasionnellement éthérées et des rythmes robotiques qui dégagent la tenace mélancolie de la répétition. Récemment, les univers hiératiques d’un Gazelle Twin ou Fever Ray ont aussi pressé ces froides touches. L’effet est aussi contrasté, passant d’une relecture personnelle de la dream pop (Psychic Driving) à une veine italo-disco comme l’ont pratiquée Miss Kittin ou The Hacker. C’est ce qu’on ressent sur The Cold World Melts, mais il y a sur ce morceau une fin plus dense et subtile qui les éloigne des efficaces mais souvent simples effets de cette dance robotique qui revient à intervalles réguliers sur le devant de la scène. Reconnaissons cependant que Patricia Hall a un registre plus convaincant vocalement que l’amie Caroline (Miss Kittin donc), une versatilité qui lui permet d’apporter une vraie touche personnelle.

Mais ce n’est pas la seule, comme les instrumentaux sont dignes d’intérêt, et même quand ils virent vers une abstraction plus rude (In Throes) ils gardent le cap, devenant exigeants mais pas pénibles. C’est peut-être ça qui nous pousse à y revenir, à gober l’album d’un coup d’un seul à intervalles réguliers, à le considérer comme une réussite.

http://www.myspace.com/softmetals
http://softmetals.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)