Accueil > Musique > 2011 > St Vincent - Strange Mercy

St Vincent - Strange Mercy

lundi 26 septembre 2011, par Marc

Détours


Dans la longue liste des chanteuses de talent, Annie Clark a une place de choix. Non seulement parce que certains morceaux et concerts sont marquants, mais elle garde ce grain de folie, d’imprévisibilité qui la rend unique. Ses chansons sont complexes, faussement plaisantes, tortueuses.

Parfois, il est facile de se retrancher derrière sa subjectivité, balayer par avance les reproches éventuels en concédant que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Surtout que dans le cas qui nous occupe, le charisme personnel n’est pas pour rien dans l’attachement. Ceux qui ont vu cette femme en concert savent de quoi je parle. Alors oui, je trouve ça potentiellement aride. Mais il y a une part d’impondérable dans ces musiques aventureuses. Pourquoi Xiu Xiu et pas Deerhoof ? Pourquoi St Vincent et pas Dirty Projectors ? Question d’affinités électives, de ressenti, puisque quand on s’écarte des habitudes, c’est le ressenti de l’auditeur qui prime.

En première écoute, c’est son album le plus abouti, le plus facilement accessible. Mais étrangement, quand elle se risquait à la lisière du kitsch, du ‘too much’, elle troublait parce qu’on la suivait toujours même là où on ne se serait pas aventurés sans elle. Comme une soirée pas fameuse peut se révéler très amusante en bonne compagnie, ses excès de sucre passaient tout seuls sur Marry Me ou Actor. Il y a ici plus plus de beats, moins de jazz, un son plus rond qui fait moins qu’auparavant, une pulsation qui fait passer presque en douceur certains sons moins mélodieux (l’emballement final de Surgeon). Est-ce notre habitude qui rend cet album moins vénéneux ? Et au final moins passionnant ?

Il y a cependant presque toujours un moment d’évitement, où une mélodie étrange vient s’immiscer, où un instrument inattendu s’invite. Sur Cruel, ce sont ces chœurs bien décalés qui viennent apporter leur dose d’étrange, plus que les guitares d’hommage à Robert Fripp (Zappa ?), comme un conte de fée qui aurait mal tourné et se retrouvait dénaturé dans la salle d’à-côté du cinéma. Le simple fait d’évoquer le guitariste rappelle que l’œuvre de Bowie (avec qui il a collaboré) n’est pas toujours d’une limpidité extrême, et qu’il faut un peu de temps pour en apprivoiser la discographie. On est un peu dans les mêmes eaux ici, même si la puissance conceptuelle n’est pas comparable. La guitare tient les premiers rôles, mais pas comme chez des groupes qui ont un son ‘rock’, mais comme un fournisseur de gimmicks acérés.

Une musique aussi personnelle laisse de la place au ressenti plus qu’à l’appréhension intellectuelle. Je veux donc par avance m’excuser de ne pas avoir d’avis définitif et tranché sur cet album qui n’a intéressé sans me promettre de revenir souvent. On est certain qu’il y a un style St Vincent, mais on n’est pas certain de ne pas en avoir déjà fait le tour.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)