Accueil > Musique > 2011 > Clap Your Hands Say Yeah - Hysterical

Clap Your Hands Say Yeah - Hysterical

mercredi 28 septembre 2011, par Marc

Hors du radar


Souvent, quand il faut donner une année importante pour la découverte de la musique, c’est l’adolescence qui vient souvent en premier. Je ne compte plus les gens qui me disent ne plus trouver des groupes pour les faire vibrer comme avant. On peut leur faire des suggestions, mais on sait aussi que c’est un peu vain. Pour ma part, c’est peut-être de l’année 2005 que mes souvenirs sont les plus vifs. Parce que tout un pan de la musique s’est ouvert à moi. Ou, plus précisément, c’est là que j’ai perçu plusieurs lignes de front, la démarcation et en même temps le caractère flottant et mouvant de ces frontières. Les héros de l’époque étaient Arcade Fire, Bloc Party, Vitalic, Sufjan Stevens, LCD Soundsystem ou encore The National, Spoon et Wilco. Ce site existait depuis 2 ans à l’époque mais c’est là que les références datées ont pu faire place nette à une nouvelle assise. C’est sans doute pour ça que je relis avec une certaine gêne les textes antérieurs, qui cherchaient des ressemblances avec le peu que je connaissais (je veux dire encore moins).

Parmi les découvertes donc, il y avait ce groupe de Brooklyn au nom crétin. Lancé sur la vague de myspace et de l’auto-production qui semblaient pleines de promesses (c’était avant Grégoire aussi…), ils en avaient aussi montré certaines limites. L’album était excellent, mais leur première prestation dans une AB sold-out avant la sortie officielle de l’album les montrait un peu tendres. On est habitués aux groupes ricains aguerris et il leur a fallu un peu de temps pour prendre le rythme. Quelques années plus tard, à Dour, ils l’avaient indéniablement. Et puis il y eut un second album plus sombre et torturé, et coup sur coup deux albums de leur leader Alex Ounsworth ; une escapade à la Nouvelle-Orléans tout à fait recommandable et un projet moins intéressant.

Cette fois-ci, pas de doute, le groupe est passé hors du radar, n’est plus détecté par les buzzers en tous genres. On n’a plus à se poser la question du qu’en dira-t-on de ce qu’on-en-a-dit. Et c’est finalement tant mieux.

Le premier morceau Same Mistake est reste en tout cas assez agréable, avec un sens de la mélodie insaisissable qui reste une de leurs caractéristiques les plus personnelles. Même les incunables comme The skin of my yellow country teeth ou Upon this tidal wave of young blood ne sont pas faciles à fredonner, pourtant elles restent en tête. Into Your Alien Arms en semble une version calmée, lissée aux anxiolytiques. Comme pour s’excuser de tant de bienséance, ils terminent le morceau dans un chorus déglingué du plus bel effet (à défaut d’être un implacable enchantement pour les oreilles). Mais ces mélodies tordues leur permettent même de ralentir le tempo sans dégât (Misspent Youth, Idiot). Pour le reste, ils peuvent toujours passer sur la vitesse (Hysterical) ou sur un roulement de batterie (The Witness’s Dull Surprise). D’une manière générale, on constate moins de folie, d’imprévisibilité, et, paradoxalement, ce ne sont pas les moments les plus pop qui passent le mieux (Maniac)

Siesta (For Snake) m’a donné une drôle de référence, le Cure de Disintegration. L’élégance malgré une voix, disons, typée (on ne pense même plus à se formaliser de la voix très nasale d’Alex Ounsworth), les synthés, la majesté de la mélancolie constamment à deux doigts du kitsch, voilà ce qui m’a rappelé les grandes heures de la bande à Smith.

Clap Your Hands Say Yeah a été le temps d’un album un groupe vraiment enthousiasmant, neuf et excitant. Le voir se recycler en un groupe agréable et sans trop de surprises peut donc être vu comme une régression. A laquelle on a longuement eu le temps de se préparer. Mais leur potentiel de sympathie ne sort pas écorné par cet album en demi-teinte.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)