Accueil > Musique > 2011 > Kasabian - Velociraptor !

Kasabian - Velociraptor !

jeudi 6 octobre 2011, par Laurent

Écolos


Le chat parti, les souris dansent. Même entre l’album de Beady Eye et les imminents premiers pas en solitaire de Noel Gallagher, il y a définitivement une place laissée vacante par l’implosion d’Oasis. Or c’est sur un méchant malentendu qu’on a voulu refiler le sceptre à Kasabian : le frontman morveux, le guitariste qui tire toutes les ficelles dans l’ombre et une section rythmique dont il est de coutume de n’avoir rien à cirer, il n’en fallait pas plus pour voir en eux les dignes représentants d’un lad-rock propre à titiller la testostérone du hooligan de base.

Sauf que. Sauf que la musique de Kasabian, initialement hymnique et peu portée sur l’humilité, a eu la bonne idée de se réinventer une fois atteint le stade du troisième album, le toujours aussi excellent “West Ryder Pauper Lunatic Asylum”. Et que le groupe, bien content d’avoir été ainsi suivi par son public alors qu’il optait pour ces chemins de traverse psychédéliques, a l’intention d’explorer plus avant cette veine aventureuse, rappelant davantage l’ambition vers laquelle a un jour voulu tendre Kula Shaker.

Ainsi, on peut aujourd’hui scinder la discographie de Kasabian en deux diptyques : tout comme “Empire” était le petit frère roulant des mécaniques du premier album, le présent “Velociraptor !” donne une suite trop logique à son prédécesseur pour se révéler aussi épatant, mais il ne contient que des chansons à peu près irréprochables et enfonce plus que jamais les portes de la perception. De la bonne vieille musique de drogués qui n’a, au final, strictement rien à voir avec les frasques éthyliques de certains dieux du stade.

D’autant que les mecs de Leicester ont conçu ce nouveau chapitre avec une intention avouée et foncièrement louable : écrire un album dont chaque titre se veut mémorable. Du tube après tube, façon grand classique. On va tout de suite se calmer : “Velociraptor !” n’est pas près de bousculer l’histoire du rock. Mais pour un bon disque, c’est un bon disque, avec en effet un taux de déchet proche de zéro. Il faut dire qu’en bons écolos, les Kasabian sont plutôt doués pour le recyclage.

Days Are Forgotten et Switchblade Smiles sont d’habiles réutilisations de leur lexique : riff bien monstrueux mâtiné de touches électroniques rentre-dedans, sans compter les cris martiaux empruntés à Ennio Morricone et aux films de kung-fu, on connaît et on se régale toujours. Re-Wired joue de son côté sur une alternance couplets-refrains bien contrastée, avec un pont particulièrement réussi, tandis que la plage titulaire – qui tient un peu le rôle de Fire sur le disque précédent – est donc le brûlot bêbête de rigueur, pourtant relevé par des arrangements une fois de plus irrésistibles.

Kasabian ne fait pas que s’autoparodier et sait aussi aller chercher les bonnes idées chez les autres. Goodbye Kiss est une ballade nostalgique qui se rêve au Cavern Club et que n’aurait pas reniée Alex Turner. Neon Noon lorgne pour sa part vers les seventies psychotropes, non sans consentir à y intégrer quelques pans de modernité ; Pink Floyd ne sonnerait pas autrement s’il décidait de donner une suite à son “Division Bell”. Le morceau de choix étant ici La Fée Verte, parfaite escapade pop dans la lignée des Beatles de “Magical Mystery Tour” qu’on avait pu entendre avec bonheur à la fin du film London Boulevard.

Et puis il y a aussi des choses moins attendues : de sublimes enluminures sur Let’s Roll Just Like We Used To, morceau d’ouverture plus subtil qu’à l’accoutumée, ainsi que sur l’énorme Acid Turkish Bath, épopée orientaliste hallucinogène. Encore une fois à la production, Dan the Automator a érigé un mur du son aussi mouvant qu’inébranlable. I Hear Voices fait dans le minimalisme façon Madchester en visant l’effet maximal, et Man of Simple Pleasures se passe aisément d’artifices pour proposer une mélodie chaleureuses telle qu’en concevait Morcheeba à ses glorieux débuts.

Si, au départ, on envisageait d’attribuer à “Velociraptor !” le satisfecit minimum, les écoutes successives finissent par convaincre qu’on tient là un disque qui assure royalement sur la longueur. Derrière les tics et les poses, les frimeurs sympathiques ne font pas de surplace et savent qu’ils tiennent en Sergio Pizzorno une plume prolifique, à la fois conservatrice et visionnaire, finalement bien loin des idées reçues sur la musique du groupe. Personne n’a besoin d’assurer la relève d’Oasis, et certainement pas Kasabian, qui joue dans sa propre catégorie et pourrait bien, qui sait, devenir un jour irremplaçable.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

5 Messages

  • Kasabian - Velociraptor ! 7 octobre 2011 21:31, par V

    Je reste plutôt sceptique face à cet album...À la base je ne suis pas une inconditionnelle des Kasabian mais j’ai quand-même fortement apprécié "West Ryder.." et j’attendais impatiemment son successeur.

    Il y a des bonnes idées sur cet album qui d’ailleurs démarre avec deux très bonnes chansons. En ce qui concerne la suite, j’ai l’impression que le groupe essaye de se donner un genre "plus sophistiqué" et plus subtil avec des chansons qui sont peut-être moins percutantes que ce à quoi ils nous ont toujours habitués. J’apprécie leurs efforts et j’irais jusqu’à dire que je comprends où ils veulent en venir, mais je trouve que ça ne leur réussi pas forcément et qu’on sent encore un peu de maladresse de leur part dans cette nouvelle direction musicale qu’ils ont choisie.

    En tout cas, cette critique m’a quand-même donné envie d’aller creuser plus en profondeur ! Il s’agit peut-être d’une bombe à retardement :)

    repondre message

  • Kasabian - Velociraptor ! 12 octobre 2011 10:03, par allow

    Autant je suis charmé par la fraîcheur et la spontanéité du dernier Wilco, autant je trouve ce Velociraptor lourd et indigeste. Exception faite de 2, 3 morceaux bien pêchus et assez enthousiasmants, je trouve le reste très racoleur et pour tout dire plutôt ecoeurant au final... j’essaierai une troisième écoute mais j’y crois pas !

    repondre message

  • Kasabian - Velociraptor ! 12 octobre 2011 13:25, par Laurent

    Je ne saurais trop recommander de passer le stade de la dixième écoute (si vous trouvez le temps et la motivation). Pour ma part, ce n’est qu’à ce moment que j’ai vraiment commencé à apprécier "Velociraptor !" et dépasser mes préjugés... qui n’étaient, au départ, pas beaucoup plus positifs, à vrai dire. Au final, toutes les chansons se sont mises à me coller aux tympans. Il se peut aussi que j’aie été victime de ce curieux phénomène qui rend un disque tellement familier qu’on s’y attache par habitude... ^^

    On verra bien dans un an.

    repondre message

    • Kasabian - Velociraptor ! 14 octobre 2011 17:08, par Christophe

      Et bien, il ne m’a pas fallu 10 écoutes pour l’adorer cet album... Je trouve qu’il dépasse actuellement West Ryder (je dis bien actuellement, car il faut voir sur la longueur). Mais c’est maladroit de comparer, car leur musique a pris un autre cap...

      repondre message

      • Kasabian - Velociraptor ! 14 octobre 2011 18:27, par Laurent

        En fait, je suis à un stade où je commence aussi à préférer "Velociraptor !", mais je conserve la même prudence sur la longueur, toujours apeuré d’être victime de mon enthousiasme... ^^

        repondre message

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)