Accueil > Critiques > 2011

Richmond Fontaine - The High Country

mercredi 12 octobre 2011, par Laurent

Opérette


À l’origine, théâtre et musique étaient étroitement liés, et l’art lyrique a par ailleurs longtemps entretenu une relation privilégiée avec la narration. La naissance de l’opéra semblait appelée à générer des genres bâtards dont l’opérette et la comédie musicale nous ont donné quelques-unes des plus consternantes illustrations. C’est dans cette orgie atavique qu’est apparu l’opéra rock, sous-catégorie où se sont démarqués The Who, Pink Floyd ou encore... euh... Michel Berger.

Et soudain, une sous-sous-catégorie entend se manifester, dès lors que les obscurs représentants de l’alt-folk et de l’alt-country américains se piquent de livrer à leur tour des sagas emballées au format album. De tous les champions du genre en question – Wilco, Fleet Foxes et autres Bon Iver – les sous-estimés Richmond Fontaine n’ont jamais eu l’aura ni la reconnaissance. Cela expliquera sans coup férir que “The High Country” conserve un statut confidentiel, au même titre que l’essai marqué l’an passé par Anaïs Mitchell, en dépit de la présence au générique de Justin Vernon.

Mais là où Mitchell élisait un sujet mythologique et publiait rien moins que la bande-son studio de son spectacle, Richmond Fontaine opte pour un concept-album autour du quotidien déprimant d’une ville de bûcherons, dans laquelle va naître une tragique histoire d’amour racontée selon un schéma narratif suivi. L’Amérique profonde s’y épanche avec un goût du pathétique à la fois condescendant et compatissant pour ses personnages, et un souci de la couleur locale qui favorise une immersion en profondeur.

Inutile donc de pointer les highlights de ce disque qui ne peut que s’envisager comme un ensemble et s’écouter d’une traite. La présence régulière d’interludes instrumentaux et de passages dialogués contribue par ailleurs à le rendre parfaitement digeste, et l’on se régalera particulièrement des plages dominées par un talk-over féminin, lequel confère aux instrumentations élégiaques une ambiance litanique qui rappelle Louisville, projet certes obscur mais dont on ne saurait trop conseiller la découverte.

Au risque de briser tout suspense, autant savoir que l’histoire de Claude et Melanie s’achève de façon sordide. L’histoire sombre même dans un tel déluge de violence que l’on a presque l’impression de humer l’odeur du sang et du bois. Surtout, c’est longtemps après la dernière note de “The High Country” qu’il nous semble entendre encore les échos, larmoyants mais dignes, de ses personnages maudits, résonnant dans ce no man’s land où tout n’est qu’ombre et sciure, « near Clatskanie, which is in the middle of nowhere. »


Répondre à cet article

2 Messages

  • Richmond Fontaine - The High Country 12 octobre 2011 19:43, par le cousin de la reine de trêfle

    sous-estimé, hélas oui, Laurent : un groupe...enfin, surtout un personnage, Willy VLAUTIN, musicien et écrivain ; ses deux romans, traduits en français, Plein Nord et Motel Life, magnifiques, tragiques, à l’image des albums de Richmond Fontaine, à lire !

    repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)