Accueil > Musique > 2011 > Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers

Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers

vendredi 11 novembre 2011, par Marc

Exultation


Il faut résister à la tentation de classer un groupe. Parce que si le cerveau peut vous être reconnaissant de trouver des repères, ceux-ci peuvent éclater en cours d’écoute. Les premiers morceaux de ce premier album des Belges de Sunday Bell Ringers semblent vouloir se faire des amis chez les amateurs de formations comme comme Fanfarlo ou Broken Records (ou les plus inspirés disciples de on-ne-va-pas-encore-les-citer). Mais la force de ces Sunday Bell Ringers, c’est justement de passer outre cette référence pour apporter sa propre valeur ajoutée. Et avec une force de frappe pareille, on peut dire qu’elle est évidente, assez dans la ligne orthodoxe pour la plage titulaire, plus déviante pour le reste.

On peut préciser que ceci est le nouveau projet de Joeri Cnapelinckx, qui sort un peu de nulle part, sauf si des noms comme De Anale Fase (vous voyez que vous comprenez le néerlandais) ou Tommigum vous sont familiers. Plus familiers est le petit label Zeal Records de Leuven qui nous avait déjà donné Isbells, Kiss The Anus Of A Black Cat, Marble Sounds ou Low Vertical (que je dois découvrir).

Il ne s’agit donc pas d’un véritable débutant, et on peut dire que ça se sent, notamment parce que cet album est très abouti et d’un équilibre étudié. L’agencement des morceaux par exemple est impeccable. Après les deux premiers titres déjà évoqués, le virage s’effectue via In the Belly Of The Whale qui part d’une densité de son plus électronique pour terminer en un chorus dont Tv On The Radio ne renierait pas les cuivres acharnés. Cette pêche se confirme sur un Angry Rabbits dont la tension sourde explose en percussions. Puis la tension (mais pas l’intensité) retombe sur Like Home, jolie chose rehaussée de la voix d’Inne Eysermans d’Amatorski et d’orgue, comme un My body Is A Cage de proximité. C’est alors qu’ils achèvent le travail, préparant par un rock sombre (C Smile et ses guitares Curesques), l’exultation (Blue Streets) puis le chœur final (Mail).

Ce groupe a un son, une signature, et ce mélange, je ne l’ai pas rencontré tel quel ailleurs. Quand des groupes qui mixent intelligemment et avec sensibilité une large palette d’influences, il faut qu’ils se distinguent par une intensité supérieure. Elle est là, je ne peux que la constater, et la ressentir.

Dans la marée de sorties, cet album-ci n’a pas eu d’écho et j’ai de bonnes raisons de penser que ce n’est pas juste, et s’il est inutile de se présenter en redresseur de torts, je sais qu’un bon conseil est toujours apprécié. Garder cet album pour soi serait une faute de goût pure et simple. La puissance de Sunday Bell Ringers mérite en tous cas le partage, et je dois bien admettre que je tiens ici un de mes albums préférés de l’année, et puis c’est tout.

http://www.sundaybellringers.be/

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Maintenant, me voilà impatient de voir ça sur scène. Ce sera le 25 novembre, en compagnie d’Okkervil River dans le cadre du très recommandable festival Autumn Falls

Répondre à cet article

18 Messages

  • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 11 novembre 2011 11:55, par Mmarsupilami

    Des Belges, en plus disponibles sur emusic...
    On ne voit pas pourquoi on bouderait son plaisir !

    repondre message

    • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 12 novembre 2011 09:50, par Laurent

      Un 5 étoiles de Marc, c’est pas tous les jours... quand j’ai vu ça, mon sang n’a fait qu’un tour ! C’est déjà dans l’escarcelle, sur foi de quelques extraits bien alléchants et d’un catalogue Zeal au goût irrépochable (on pouvait citer encore Tomàn et le formidable dernier Sleepingdog).

      repondre message

        • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 14 novembre 2011 12:50, par Marc

          On verra dans quelques temps si je me suis emballé pour rien, mais bon, ça fait du bien de s’enthousiasmer de temps en temps. C’est vrai que chez Zeal Records ils ont les impeccables Toman. Sleepingdog, je m’étais arrêté à une prestation trop discrète en première partie d’Okkeril River (ou Animal Collective, en tous cas c’était au Stuk).

          Pas trop facile à trouver cet album, donc tous les liens vers leur musique est bienvenu !

          repondre message

          • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 14 novembre 2011 14:14, par Mmarsupilami

            Bon, ben voilà, je lui ai consacré un week-end à cet album. Je me vois mal jeter la pierre à l’auteur de la "review" pour un excès d’enthousiasme ! Ce serait un peu l’arroseur arrosé. Et puis, si c’est pour me fournir un si bon produit, je suis plein d’indulgence pour le découvreur-vendeur dithyrambique qui me dit que ça vaut 10/10. N’exagérons rien ! Je vois même quelques failles (surtout dans la capacité à maintenir un intérêt continu : il y a du relâchement par moments, ce qui me semble typique du manque de métier). Mais, pour vendre ces compatriotes, je n’hésiterai pas prochainement à moi aussi reprendre le rôle du bonimenteur. Tiens, parlant de compatriotes, bruxellois qui plus est, je m’étonne un peu de ne pas voir figurer dans tes références aussi bien Sharko que Girls in Hawai, avec lesquels Sunday Bell Ringers m’ont semblé avoir un petit air de famille...

            Merci donc encore de cette pioche !

            repondre message

            • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 novembre 2011 08:34, par Marc

              Les références à Sharko (d’Arlon) et Girls in Hawai (de Braine l’Alloeud) ne m’ont pas sauté immédiatement aux oreilles. Il faut dire qu’à l’époque d’Here To There, le groupe belge que j’écoutais, c’était surtout Mudflow. Je trouve ceux-ci plus énergiques, et ils ont aussi une bonne réputation scénique (verdict vendredi prochain). Et le chant me plait plus ici aussi. Ceci dit, j’espère qu’il y aura un troisième album de Girls In Hawai.

              repondre message

              • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 novembre 2011 13:08, par Mmarsupilami

                Oui, mais Gosselies, c’est Bruxelles Sud, alors...

                Ceci dit -autant pour moi !- Sharko était aussi originaire du Brabant Wallon et pour moi (Valeureux Liégeeeeoooooiiiis !), Bruxelles et Brabant Wallon, c’est kif-kif et bouricot !

                La comparaison avec Girls in Hawai (qui n’était -est ?- tout de même pas un si mauvais band de scène que ça, tout de même), ça me semble flagrant dans toute une série d’intros et approches. Mais, bon, ça a bien peu d’importance...

                repondre message

                • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 novembre 2011 21:00, par Grenatine

                  A ce propos, vous avez des nouvelles -bonnes je l’espère- des Girls in Hawai ?

                  Et sinon, que pensez vous du vrai faux premier album solo de Vincent Liben, que je trouve personnellement très réussi ?

                  repondre message

  • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 novembre 2011 21:10, par Pol

    Merci pour la découverte, le coup de coeur a fonctionné sur moi aussi ce qui fait que je l’ai rapidement chroniqué à mon tour : http://www.indierockmag.com/article16580.html
    J’en ai profité pour faire un petit remerciement et un petit coup de pub pour votre travail car vous réalisez vraiment du bon boulot en ce moment. Et ce Sunday Bell Ringers est déjà commandé de mon côté !

    Voir en ligne : http://www.indierockmag.com/article...

    repondre message

    • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 16 novembre 2011 18:01, par Marc

      Merci pour ta sympathique contribution. Je pense que sur ce coup là (et d’autres comme House of Wolves), les sites ont vraiment un intérêt non négligeable. Il n’y a pas mieux qu’un bouche-à-oreille favorable pour échanger nos bons plans !

      repondre message

      • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 17 novembre 2011 09:34, par Pol

        Sur ce genre d’artistes qui peinent à se faire connaître il y a effectivement un beau rôle à jouer. Et heureusement qu’ils ont cette chance d’ailleurs car on imagine à quel point se pourrait être difficile pour certains sans Internet. C’est d’ailleurs tout aussi rassurant pour nous de savoir qu’il y a un vrai intérêt de notre part à fouiller jusqu’auprès d’artistes que personne n’avait encore tellement évoqué. Je viens de rédiger mon bilan de l’année, et je peux déjà vous dire que House of Wolves et Sunday Bell Ringers seront tous deux dans mon top 20 (voire mieux encore), alors merci une nouvelle fois.

        repondre message

  • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 17 novembre 2011 13:25, par Laurent

    Est-ce que le fait que Marc écoutait beaucoup Mud Flow entache sa crédibilité ou pas ? :D

    Pour ma part je répondrai à cette question après avoir écouté le Vincent Liben ré-ré-rédité (pas écouté les versions précédentes par ailleurs), vu qu’encore une fois dans les commentaires on peut en lire du bien.

    Et puis bien sûr, avant ça un contact en bonne et due forme avec les Sunday Bell Ringers, dont le cd vient de garnir ma boîte aux lettres.

    repondre message

  • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 février 2012 12:43, par allow

    Bizarre, j’avais pas trop accroché la première écoute mais j’ai bien fait d’y revenir... C’est album est à la fois complexe et fascinant ! Question références j’y vois au moins pour certains morceaux (like home, ce genre), Sparklehorse... ok, je vais essayer de pas trop classer même si pour moi, c’est déjà un point de repère qui me plait énormément !
    merci comme tjs pour la découverte, hein !

    repondre message

    • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 15 février 2012 18:13, par Marc

      Je dois bien avouer que je connais Sparklehorse plutôt de réputation. Ca fait quelques semaines que je ne suis plus revenu sur celui-ci, et je vais retenter l’expérience sous peu, maintenant que l’enthousiasme du début est un peu retombé et qu’on peut décider si cet album est aussi bon qu’on l’avait pensé. Une chose est sure, on attend la suite.

      repondre message

  • Sunday Bell Ringers - Sunday Bell Ringers 25 janvier 2014 21:26, par Guismo

    Cadeau : http://www.abconcerts.be/fr/abtv/p/detail/sunday-bell-ringers

    Ils étaient meilleurs que Son Lux, dont ils faisaient la première partie !

    repondre message

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)