Accueil > Musique > 2011 > Noel Gallagher - High Flying Birds

Noel Gallagher - High Flying Birds

vendredi 28 octobre 2011, par Laurent

Liam 1 - Noel 1


Le verdict devait tomber, c’est chose faite. Sans surprise, les deux adversaires ont misé sur des stratégies de confort : à Liam la morgue et les poses rock’n’roll, à Noel les arrangements luxuriants et la suprématie mélodique. Au final, il s’agit bien d’un match nul. Nul quant à la prise de risques qui aurait pu, sans doute, faire la différence. Pourtant les performances respectives se sont révélées plus intéressantes que tout ce qu’Oasis aura pu proposer dans les années 2000. Retrouvant un peu de son mojo, Liam a prouvé avec Beady Eye qu’il lui restait une saine énergie à revendre, et que son imitation de John Lennon commençait à être au point. Noel Gallagher, pour sa part, continue à faire du Oasis et, par endroits, flirte ici avec le prestige de ses propres classiques.

L’ouverture est pompière à souhait : Everybody’s on the Run est un condensé de déjà-entendu efficace qui pose d’emblée les enjeux. En tant que compositeur et producteur, Noel Gallagher n’a aucune leçon à recevoir de son frangin, et les beaux arrangements de cordes déployés pour l’occasion viennent bien rappeler qui est le patron. Mais le truc, on le sait, c’est la voix. Techniquement, Noel chante dix fois mieux que Liam ; seulement, alors que l’organe du cadet est un miracle d’attitude rock concentrée, l’aîné sonne aussi plat qu’une limande arrosée de chips. Du coup, étant donné qu’il assure aussi régulièrement les harmonies vocales, ses prouesses sont incapables de faire dresser le moindre poil.

Par ailleurs, on connaît par cœur un certain nombre de ses formules. Le beat en quatre temps de Dream On, par exemple, revient ainsi sur Soldier Boys and Jesus Freaks comme un canevas corvéable à merci, rappelant que monsieur a baigné dans les Kinks étant petit. Le début de If I Had a Gun offre quant à lui une nième réminiscence de Wonderwall et Whatever, cependant que Stop the Clocks et (I Wanna Live in a Dream in My) Record Machine ressemblent à deux nouveaux clones de la ballade oasienne typique, avec son développement éthéré et son gros solo au milieu. Quand on sait que plusieurs morceaux étaient dans les cartons d’Oasis depuis un bail, ça paraît légitime. Il n’empêche que Noel Gallagher, propulsé frontman à son corps défendant du haut de ses 44 balais, a encore deux ou trois tours dans son sac.

Ainsi, toute bateau qu’elle soit, la très aérienne Stop the Clocks clôture tout de même l’album dans une petite apocalypse sonore bien contrôlée, laissant quelques parcelles de terrain à un saxophone free qui rappelle forcément les Stooges, de loin. D’autres cuivrent ponctuent, de manière bienvenue, la sympathique The Death of You and Me, conférant une résonance tragi-comique à ce qui aurait pu n’être qu’un ersatz de plus. Fondamentalement conventionnelle aussi, (Stranded on) The Wrong Beach fonctionne par ailleurs très bien, voire mieux que la tentative – plutôt convaincante, du reste – de sonner comme un rescapé de l’Haçienda sur AKA... What a Life !, avec son piano en mode trance et sa guitare tout droit sortie des premiers New Order.

Le Mancunien aurait, paraît-il, enregistré parallèlement à ce premier effort solo un disque à consonance électronique. Malgré quelques collaborations fructueuses avec les Chemical Brothers, on préfère ne pas trop imaginer le résultat ; et ce, d’autant moins que “High Flying Birds” confirme l’évidence : peu ou prou, Noel Gallagher ne sait faire que ce qu’il a toujours fait, et son retour d’âge ne l’empêche manifestement pas de le faire bien. Certes, cet album passe-partout n’est pas près de rivaliser avec “Definitely Maybe” ou “Morning Glory”, et le public fervent qui s’amassera à ses concerts viendra pour entendre les tubes d’Oasis en version acoustique. Toutefois, hormis pour la voix sans sex-appeal du chanteur, on ne peut que recommander aux fans de jeter une oreille à cet honorable addendum.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Noel Gallagher - High Flying Birds 4 novembre 2011 07:03, par Sakifo Records

    Bonjour,

    Je suis le chargé de com du label Sakifo Records (Tumi & the volume, Bazbaz, True Live, Winston McAnuff, Finley Quaye..) et j’aimerai avoir ton contact pour envoi CP, matériels promo...etc

    Merci d’avance,
    Jb Sakifo

    Voir en ligne : http://www.sakiforecords.com

    repondre message

  • Noel Gallagher - High Flying Birds 8 novembre 2011 09:05, par Gameforceone

    Je ne suis pas entièrement d’accord avec ton avis :) Je suis fan d’Oasis depuis le premier Album et cet album de Noel tranche malgré tout avec les productions qu’il faisait quand il était dans le groupe. D’accord,, sa patte est clairement reconnaissable mais il a su se diriger vers d’autres chemins notamment en utilisant des instruments qu’il n’aurait jamais pu utiliser avec Oasis.
    Beady Eye en revanche, c’est du Oasis mais sans Noel. Liam n’a pas réinventé la musique mais après tout c’est ce que j’aime donc pour moi les deux albums sont différents mais je les apprécie tous les deux.
    Bon d’accord, je répète, je suis fan à la base ;)

    Voir en ligne : http://www.gameforceone.be

    repondre message

  • Noel Gallagher - High Flying Birds 3 janvier 2012 23:12, par jasound

    excuse moi camarade mais tu n’connais rien en rock n roll !!! trouve moi un album mieux que NGHFB et Beady eye en 2010..

    ce sont les meilleur depuis les année 90 !!! life forever

    repondre message

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)