Accueil > Musique > Concerts > Okkervil River + Sunday Bell Ringers, Botanique, 25/11/2011

Okkervil River + Sunday Bell Ringers, Botanique, 25/11/2011

lundi 28 novembre 2011, par Marc

Will for President


En plus d’un programme déjà très riche et réjouissant, le Botanique est un des lieux du festival Autumn Falls organisé par l’organisateur de tournées Toutpartout, gros pourvoyeur de bonheur scénique en ce qui nous concerne.

Je vous ai récemment fait part de mon enthousiasme pour le premier album de Sunday Bell Ringers. C’est donc tout naturellement avec un peu d’impatience que je voulais voir à quoi ressemblait leurs prestations scéniques. Combien sommes-nous dans l’Orangerie quand commence leur concert ? 40 ? 50 ? Vendredi soir et programme copieux obligent, les gens viendront au fur et à mesure. Le quintette flamand, sur scène, c’est bien. Pas parfait encore (tout n’est pas parfaitement en place), et le souvenir revient de jeunes groupes qui nous ont estomaqués ici-même (Get Well Soon, ce genre), mais une fois lancée, la machine a un potentiel indéniable dans plusieurs genres, ce qui leur permettra de garder une très large palette. Les deux moments les plus forts étant Angy Rabbits qui garde intacte sa puissance de feu et l’a-cappella final qui prend à la gorge. Sunday Bell Ringers, c’est donc un pari sur le futur. Je prends ce pari.

Il y aura moins de chose à dire sur Gross Magic. Parce que cette power-pop musclée et bien exécutée n’est pas vraiment ma came. Le concert est court, on ne s’ennuie vraiment pas, mais on l’a vu comme un interlude bienvenu et de bon goût plus que comme un plat de résistance.

Plat qui sera sans doute aucun Okkervil River. On a beau avoir trouvé leur dernier album un peu à la traine du reste de leur discographie, le souvenir d’un concert au Stuk était encore vivace et puis, on le sait, ces formations américaines qui puisent dans le vaste territoire de l’Americana sont impériaux sur scène. Midlake, Calexico, Port O’Brien, Shearwater ou Wovenhand ne déçoivent jamais un public.

Emmené par un Will Sheff des grands jours, le sextette texan commence par des morceaux rythmés, carrés, qui montrent sans conteste possible leur maitrise. Une fois la température montée, ils lancent le plus consistant. Un We Need A Myth (réclamé lourdement par un Français bourré) qui les met sur orbite. De là-haut, ils lanceront un Black Sheep Boy épique avant de dérouler en puissance quelques perles des albums précédents (Our Life Is Not a Movie or Maybe, Lost Coastlines) interrompues par une plus mollassonne reprise. Ils n’auront plus qu’à terminer sur Unless It Kicks pour clore cette prestation tout en énergie. Will Sheff a un abattage incroyable et un groupe qui peut assurer en toute circonstance. On en redemande.

EDIT : quelques images un peu tardives.
La totalité est ici : https://picasaweb.google.com/106469272975585107807/OkkervilRiverBotanique25112011

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)