Accueil > Musique > 2012 > Of Monsters and Men - My Head Is An Animal

Of Monsters and Men - My Head Is An Animal

lundi 16 janvier 2012, par Marc

Hybridation


La recherche du prochain Arcade Fire pourrait être une occupation à plein temps. Bien honnêtement, la quête est dans ce cas plus importante que le résultat, vu qu’on ne cherche pas vraiment de remplaçants aux Montréalais, et surtout, on a emportés avec nous pas mal de nos compagnons de route. On va pour le moment résister à la tentation de dérouler l’habituelle liste et se borner à y ajouter Of Monsters And Men.

Ce groupe est un sextette plutôt acoustique (entendez avec violon, accordéon et cuivres), qui a beaucoup aimé Funeral, qui vient d’Islande et dont on n’a pas encore beaucoup parlé (Indie Rock Mag était très fort sur la balle pour le coup). Dit comme ça, on pourrait croire que j’ai créé de toutes pièces une hypothétique formation à base d’hybridations pour coller au mieux à la ligne éditoriale du site. Mais non, c’est Fred qui a servi de rabatteur, passant par les sessions de l’indispensable radio de Seattle KEXP. Cet album n’est pour l’instant sorti que sur le territoire islandais, mais à l’heure de la toile mondiale, c’est un détail. Gageons cependant qu’une sortie plus large viendra donner un coup de projecteur étendu sur ce My Head Is An Animal. Ce qui était déjà arrivé à un groupe canadien, mais je ne peux plus dire lequel…

De la paternité naturelle, on retrouve surtout la tendance motivée (avec le pack complet, incluant les ‘hey !’), mais qui génère plus de joie que de volonté de prendre à la gorge. Je n’ai jamais caché mon goût pour ces groupes, de Dark Water Hymnal à Bodies Of Waters. De ces derniers on retrouve la folle fougue de la première époque, la volonté de tout rendre hénaurme, cet amour des hymnes que pratiquait aussi I’m From Barcelona du temps où ils se contentaient de jouer sur leurs qualités (Dumb Bears). On entendra pourtant des morceaux tout simples, avec deux voix, deux petites guitares, et des handclaps parce que bon, même l’intimité doit être conviviale (Sloom). Ils n’ont visiblement pas encore trouvé le moyen de se dominer au point de ne pas monter. Ce qui donne un côté un peu systématique à leur démarche. Seul Love Love Love reste au sol mais on sent dès l’entame de Your bones que cette introduction n’attend que la mise à feu.

Le duo de voix pourra aussi bien évoquer Stars (les dialogues des voix de Little Talks) ou alors The XX (Yellow Lights). Peut-être qu’il faut que je résiste à la tentation facile de la comparaison, mais laissée toute seule, la voix féminine n’est pas sans évoquer Florence Welsh (Sloom, From Finner).

On chopera donc quelques morceaux qui ont inévitablement l’air d’hymnes. Six Weeks est renversant si vous vous mettez sur son chemin. King And Lionheart repart comme il faut. Oui, on s’est bien habitués à cette façon de procéder. Sur la longueur, on pourra être découragé par autant d’allant, mais la sincérité de leurs lalala sur Your Bones nous rend le sourire malgré tout. Parce que tout dépendra de vous au final. Vous êtes les seuls à approuver vos choix et vos goûts et votre plaisir d’écoute est le seul critère valable. Vous ne me verrez pas ciller si vous insistez sur le fait que tout ceci est déjà entendu. Ma mission se borne à vous signaler qu’il y a du plaisir potentiel dans tout ceci, surtout si le souffle vous semble plus important que la répétition. Je ne peux que me borner à vous livrer ce qui me plait en toute partialité.

http://www.myspace.com/ofmonstersandmenmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

14 Messages

  • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 16 janvier 2012 16:54, par Pol

    Ravi de voir qu’on commence à s’intéresser à cet album ! Car je me suis senti un peu seul dessus l’année dernière. Nos impressions semblent similaires sur ce premier album, je pense qu’on peut les suivre de très près sans se planter.

    repondre message

  • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 16 janvier 2012 20:46, par punkryden

    Que de chemin parcouru depuis Little Talks !

    http://www.youtube.com/watch?v=8Dw8qdmT_aY

    repondre message

  • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 17 janvier 2012 19:59, par Mmarsupilami

    Présent ! Hop !

    repondre message

  • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 18 janvier 2012 09:50, par Laurent

    Bon, désolé, je ne partage vraiment pas votre engouement quasi unanime. Oui, c’est bien du Arcade Fire réchauffé à la façon des premiers Bodies of Water (dont je préfère nettement le "Twist Again" sorti cette année, belle évolution)... et pour ma part je trouve que ça sent vraiment le sapin. Arcade Fire est intouchable à ce stade parce qu’ils possèdent une intensité derrière laquelle courent tous ces épigones produits à la va-vite. Le pompon ? Six Weeks : vous n’avez pas remarqué qu’entre 2’48’’ et 3’35’’, ils pillent littéralement la ligne de basse de Wake Up (autre plage n°7 d’une durée de 5’30’’ pour compléter le plagiat (^^), mais sur un album qui avait davantage d’arguments) ? Non, vraiment, cet indie-rock mi-épique mi-dépressif commence à vraiment tourner en rond, il faudrait penser à renouveler la formule.

    Enfin bon, c’est vous qui voyez mais enfin bref, moi ça ne me touche pas. Ou plus.

    Sinon, la voix de la fille me fait beaucoup plus penser à Kate Nash qu’à la divine Florence. ;D

    repondre message

    • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 18 janvier 2012 14:13, par Marc

      Je comprends ton point de vue (l’empathie fait partie de mes bonnes résolutions de l’année). Arcade Fire, c’est un peu comme Joy Division, un groupe qu’on cite plus qu’on ne l’écoute. Et quand on le réécoute, c’est toujours plus fort, plus sombre et mieux que dans son souvenir. J’ai entendu Intervention à la radio ce matin-même, et, waw, ça envoie...

      Les moments de décalque, on en avait déjà eu d’ailleurs, certains passages de Fanfarlo semblaient pris à Rebellion/Lies. La différence ? Deux ans ont passé. Les écoutera-t-en encore dans deux mois, quand les sorties (dont Fanfarlo, d’ailleurs) seront plus consistantes ? Sans doute pas, mais ils m’auront permis de passer quelques bons moments à la charnière de l’an neuf et c’est tout ce que je leur demande (autre bonne résolution de 2012 inspirée d’Arnaud Fleurent-Didier : ne sois pas trop exigeant) . De plus, si on apprécie ça, l’album est d’une remarquable constance.

      Marrant pour Kate Nash, Fred m’avait dit exactement la même chose !

      repondre message

  • Of Monsters and Men - My Head Is An Animal 6 mars 2012 18:11, par Guismo

    Annoncés brièvement à l’AB Club pour le 25/04....la date a disparu depuis :(

    Snif.

    repondre message

  • moi il me font penser à Fanfarlo

    repondre message

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)