Accueil > Musique > 2004 > Soulwax : Any Minute Now

Soulwax : Any Minute Now

vendredi 11 août 2006, par Marc


Chic, du bon son, du gros son, c’est ce qu’on se dit en mettant le CD dans la platine (on y croirait presque...). Et, de fait, on a des bonnes basses rondes, une batterie qui tape. Mais où sont les morceaux ? Car une fois passée l’envie de danser qui peut prendre sur E-Talking ou Krack, on se trouve devant du vide.

On dirait que les frères De Waele, après avoir trituré tous les sons de la planète rock en formant les insurpassables 2 many DJ’s, se sont enfermés dans leur studio, mais que, privés de l’appui de morceaux existants, ils n’ont rien trouvé d’intéressant à mettre dans les riches habillages.

Sur les morceaux plus rapides, l’énergie rend la vacuité moins grande, mais dès qu’ils s’essaient à la ballade (A ballad to forget, heureusement court) ou au crescendo (Accidents and compliments), on voit les coutures.
Ce qui passe le mieux, c’est quand on a l’impression d’entendre 2 many DJ’s, c’est-à-dire quand on se dit que c’est un remix d’un morceau existant (NY excuse, avec cette voix sous mixée et ce rythme répétitif qui renvoie au couple de DJ’s).

Ou alors est-on simplement devant un mélange qui n’a pas pris. The Hives peut faire des chansons avec (presque) rien dedans, parce que ça sent le rock qui transpire, l’anti-sophistiqué. Quand on essaie de faire Le-morceau-qui-tue à tous les coups, il faut plus que les riffs minimalistes de Miserable girl.

Peut-être Soulwax n’est-il pas au meilleur de son inspiration. Peut-être aussi que c’est l’émergence de mieux qui rend ceci décevant. Car maintenant, on danse sur The Rapture, Radio 4, Daan, The Killers pour le son qui sied aux dancefloors, on rocke sur The Hives et The Libertines. La temps a rattrapé Soulwax.

C’est triste de devoir dire autant de mal pour un album qui n’est pas fondamentalement mauvais (rien n’est insupportable, rien n’énerve), mais vu le potentiel de ses créateurs, on ne peut que conclure à la poudre aux yeux. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)