Accueil > Musique > 2012 > River Whyless - A Stone, A Leaf, An Unfoud Door

River Whyless - A Stone, A Leaf, An Unfoud Door

vendredi 2 mars 2012, par Marc

Personnalisé


Une musique a beau s’adresser à plein de personnes, c’est toujours en tant qu’individu qu’on la reçoit. Et dans certains cas, la chance nous sourit et on se dit que peut-être, elle a été faite pour nous. Le peu d’échos reçu jusqu’à présent par le quatuor de Boone, NY renforce encore ce sentiment d’exclusivité. Mais si je n’aimais pas partager ce qui nous fait chavirer, je n’écrirais pas de critiques.

Le goût du folk orchestral a déjà été signalé à de nombreuses reprises (Loch Lomond, The Tree Ring, Fionn Regan) et quand c’est impeccable comme ici, je suis une petite victime toute désignée. Le premier morceau est déjà bien complet, avec une montée prometteuse, un dosage bien balancé. Parce que ce groupe est à une lisière, avec d’un côté des tendances pastorales (on pense à Fleet Foxes parfois) et de l’autre, des élans instrumentaux prenants et denses comme peuvent en proposer des formations comme Balmorhea. Pour tout dire, je n’ai plus eu la sensation d’une réussite pareille dans le genre depuis le premier album de My Latest Novel.

Bien évidemment, pour que le mélange prenne forme, il est préférable de prendre cet album comme un tout, surtout qu’un Cedar Dream est proposé en plusieurs parties, de la plus sèche acoustique à la flamboyance. Mais ils arrivent aussi à faire rentrer tout leur savoir faire sur un seul morceau. Stone commence comme du Fleet Foxes mais ne tarde pas à évoluer vers de très élégantes digressions instrumentales. Ce sont elles qui font aussi le sel de cette découverte.

L’intensité est bien présente, grâce au violon bien évidemment, mais la batterie peut apporter sa touche de force à Pigeon Feathers. Ce ne sont pas des déboulés démonstratifs, mais un efficace surlignage. Quoique Windows Walk soit bien dense

Cet album s’adresse donc à la minorité du lectorat qui aura succombé aux quelques références mentionnées. En tant que cœur de cible, j’ai fatalement craqué pour ce groupe, sans trop de surprise mais avec délectation. De l’intensité, de la classe, quelques morceaux vraiment marquants, que demande le peuple ? Pas grand’ chose d’autre il faut bien le dire, tant cet album est séduisant. Il plaira en priorité à ceux qui n’hésitent pas à prendre leur temps, à laisser infuser un album dans son entièreté.

http://riverwhyless.bandcamp.com/album/a-stone-a-leaf-an-unfound-door

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)