Accueil > Critiques > 2012

Perfume Genius - Put Your Back N 2 it

lundi 27 février 2012, par marc

Délicatesse préservée


Perfume Genius, nom à la scène du Seattelite Mike Hadreas, nous avait déjà charmés il y a plus d’un an. D’abord avec son premier album sensible et délicat, fait tout seul comme un grand et chez lui. Ensuite avec un concert dans une Rotonde remplie qui a confirmé que certaines personnes ressemblent à leurs chansons, délicates et timides. En abordant un second album, j’ai pour habitude d’aller voir ce qu’on racontait du premier. C’est ce que je vous conseille de faire, parce que le revirement n’est pas spectaculaire. Ca y est, vous l’avez lu aussi ?

Mike reprend les choses où il les avait laissées il y a un peu plus d’un an, en commençant par un joli premier morceau, où on le retrouve exactement où on l’avait laissé, entre une nappe de synthé et un clavier triste, à nous susurrer sa mélodie jolie et triste. Donc, non, il n’a pas convoqué de section philharmonique pour étoffer sa réputation naissante. Ce qui a changé, finalement, c’est lui. Plus assuré, plus mature, moins souffreteux, plus ouvertement plaisant (Hood). Ce qui donne de nouvelles références. On pense maintenant à Antony and The Jonhsons (No Tear, Sister Song), voire du Sigur Ros quand le fond est plus brouillardeux ou cotonneux (Dirge) et que des nappes de sons plus aigus tapissent le fond. Si vous aussi vous avez succombé à des artistes comme Low Roar entretemps, la familiarité vous plaira.

Le talent ne l’a pas déserté, ce qu’on constate le temps de impeccablement dénudé Normal Song. Non qu’il faille jouer la carte du minimalisme pour pouvoir en revendiquer, un traitement pareil ne laisse passer aucune faille, aucune faiblesse d’écriture ou d’interprétation. Pour le reste, tout est une question de ressenti. J’ai adoré multiplier les écoutes de cet album mais la vraie chair de poule n’est pas venue. Sans doute qu’elle n’était pas prévue. Perfume Genius s’installe en tous cas dans le cercle fermé des artistes qu’on a envie de suivre, et sa nouvelle assurance n’a pas rompu le charme.

http://www.myspace.com/kewlmagik
http://www.turnstilemusic.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)