Accueil > Musique > 2012 > Perfume Genius - Put Your Back N 2 it

Perfume Genius - Put Your Back N 2 it

lundi 27 février 2012, par Marc

Délicatesse préservée


Perfume Genius, nom à la scène du Seattelite Mike Hadreas, nous avait déjà charmés il y a plus d’un an. D’abord avec son premier album sensible et délicat, fait tout seul comme un grand et chez lui. Ensuite avec un concert dans une Rotonde remplie qui a confirmé que certaines personnes ressemblent à leurs chansons, délicates et timides. En abordant un second album, j’ai pour habitude d’aller voir ce qu’on racontait du premier. C’est ce que je vous conseille de faire, parce que le revirement n’est pas spectaculaire. Ca y est, vous l’avez lu aussi ?

Mike reprend les choses où il les avait laissées il y a un peu plus d’un an, en commençant par un joli premier morceau, où on le retrouve exactement où on l’avait laissé, entre une nappe de synthé et un clavier triste, à nous susurrer sa mélodie jolie et triste. Donc, non, il n’a pas convoqué de section philharmonique pour étoffer sa réputation naissante. Ce qui a changé, finalement, c’est lui. Plus assuré, plus mature, moins souffreteux, plus ouvertement plaisant (Hood). Ce qui donne de nouvelles références. On pense maintenant à Antony and The Jonhsons (No Tear, Sister Song), voire du Sigur Ros quand le fond est plus brouillardeux ou cotonneux (Dirge) et que des nappes de sons plus aigus tapissent le fond. Si vous aussi vous avez succombé à des artistes comme Low Roar entretemps, la familiarité vous plaira.

Le talent ne l’a pas déserté, ce qu’on constate le temps de impeccablement dénudé Normal Song. Non qu’il faille jouer la carte du minimalisme pour pouvoir en revendiquer, un traitement pareil ne laisse passer aucune faille, aucune faiblesse d’écriture ou d’interprétation. Pour le reste, tout est une question de ressenti. J’ai adoré multiplier les écoutes de cet album mais la vraie chair de poule n’est pas venue. Sans doute qu’elle n’était pas prévue. Perfume Genius s’installe en tous cas dans le cercle fermé des artistes qu’on a envie de suivre, et sa nouvelle assurance n’a pas rompu le charme.

http://www.myspace.com/kewlmagik
http://www.turnstilemusic.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)