Accueil > Critiques > 2012

mmpsuf - Retina

vendredi 17 février 2012, par marc

Nappes baltes


Bien honnêtement, vous auriez pensé un jour aller chercher l’inspiration dans les artistes Baltes ? Pourtant, après la claque Alina Orlova, on savait qu’il y avait du bon en Lituanie. Confirmation avec ce duo qui pratique un genre assez éloigné du piano-voix d’émotion.

La réussite de ce genre de musique électronique mais à voix féminine (meilleure classification) tient à l’alchimie entre les deux éléments. Dans le cas qui nous occupe, on peut dire que l’ensemble fonctionne à plein, et que le résultat est hypnotique à souhait. Si vous avez aimé les délires folk electro organiques de Fursaxa et si vous voulez une idée de ce qu’aurait pu être le trip-hop s’il était né dans le nord à notre époque (The Winds), Mmpsuf est une découverte. Sans doute pas révolutionnaire, mais qui s’impose écoute après écoute comme un agréable compagnon de route, tout en hypnose et voix en couches (God’s Retina), passant comme un ressac entêtant, et pouvant passer sans lassitude plusieurs fois par jour dans des oreilles toujours curieuses.

La voix de la chanteuse est belle et traine un étrange accent (mais bon, on s’est habitués à Björk depuis plus de 15 ans). Pour rester dans les environs de la Baltique, j’ai pensé à Kristin Dreijer. On se dit alors qu’on pourrait voir Mmpsuf comme un The Knife champêtre, sans la très poussée recherche de sons. Et quand elle ne bénéficie que du support d’une guitare acoustique (The Rooms), elle se révèle plus ample, plus affirmée. J’aime ces voix qui savent qu’elles n’ont pas à en remettre des pelles pour séduire.

Si à ce stade de la lecture vous voulez en savoir plus, j’ai gardé la meilleure nouvelle pour la fin : cet album est disponible en téléchargement gratuit sur leur site. Alors, un peu sur ma faim après trente minutes de musique, je m’en suis allé télécharger leur première production. C’est ce que je vous conseille de faire aussi, même si le résultat est plus froid, éthéré et globalement moins fascinant. C’est donc en tant que supplément que je peux le recommander. Parce que ce Retina est plus abouti, et ce groupe venu de nulle part est une de mes découvertes de ce début d’année.

http://www.mmpsuf.lt/
http://www.myspace.com/mmpsufmusic

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)