Accueil > Musique > 2012 > mmpsuf - Retina

mmpsuf - Retina

vendredi 17 février 2012, par Marc

Nappes baltes


Bien honnêtement, vous auriez pensé un jour aller chercher l’inspiration dans les artistes Baltes ? Pourtant, après la claque Alina Orlova, on savait qu’il y avait du bon en Lituanie. Confirmation avec ce duo qui pratique un genre assez éloigné du piano-voix d’émotion.

La réussite de ce genre de musique électronique mais à voix féminine (meilleure classification) tient à l’alchimie entre les deux éléments. Dans le cas qui nous occupe, on peut dire que l’ensemble fonctionne à plein, et que le résultat est hypnotique à souhait. Si vous avez aimé les délires folk electro organiques de Fursaxa et si vous voulez une idée de ce qu’aurait pu être le trip-hop s’il était né dans le nord à notre époque (The Winds), Mmpsuf est une découverte. Sans doute pas révolutionnaire, mais qui s’impose écoute après écoute comme un agréable compagnon de route, tout en hypnose et voix en couches (God’s Retina), passant comme un ressac entêtant, et pouvant passer sans lassitude plusieurs fois par jour dans des oreilles toujours curieuses.

La voix de la chanteuse est belle et traine un étrange accent (mais bon, on s’est habitués à Björk depuis plus de 15 ans). Pour rester dans les environs de la Baltique, j’ai pensé à Kristin Dreijer. On se dit alors qu’on pourrait voir Mmpsuf comme un The Knife champêtre, sans la très poussée recherche de sons. Et quand elle ne bénéficie que du support d’une guitare acoustique (The Rooms), elle se révèle plus ample, plus affirmée. J’aime ces voix qui savent qu’elles n’ont pas à en remettre des pelles pour séduire.

Si à ce stade de la lecture vous voulez en savoir plus, j’ai gardé la meilleure nouvelle pour la fin : cet album est disponible en téléchargement gratuit sur leur site. Alors, un peu sur ma faim après trente minutes de musique, je m’en suis allé télécharger leur première production. C’est ce que je vous conseille de faire aussi, même si le résultat est plus froid, éthéré et globalement moins fascinant. C’est donc en tant que supplément que je peux le recommander. Parce que ce Retina est plus abouti, et ce groupe venu de nulle part est une de mes découvertes de ce début d’année.

http://www.mmpsuf.lt/
http://www.myspace.com/mmpsufmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)