Accueil > Critiques > 2012

Gaetan Streel - One Day At a Time

mardi 27 mars 2012, par marc


Quand on sévit sous le pseudonyme de Mr Poulpy et qu’on arbore une coiffe rasta sur la pochette de son album, on ne prétend souvent pas émarger à la même catégorie que les bûcherons barbus au cœur sensible (en gros, une bonne partie des critiques de ce site). Et pourtant, et pourtant, Gaetan Streel, qui a officié sous son nom aquatique dans des projets plus (Piano Club, Jeronimo) ou moins (Me And My Machine) passionnants vient de nous sortir un album d’une mélancolie pop assez réjouissante. On peut parler de deuxième vague chez Jaune Orange. Si je n’étais pas trop concerné par la première (Hollywood Porn Stars, Piano Club), il faut constater qu’avec Dan San, Pale Grey, The Experimental Tropic Blues Band ou Fastlane Candies, ils tiennent le bon bout.

Évacuons d’emblée le sujet qui pourra faire tiquer. Non, pas la coiffure, ce n’est absolument pas un frein au plaisir d’écoute. Je voudrais parler de la ressemblance parfois trop marquée avec des modèles comme Elliott Smith. Ce n’est pas un problème en soi, autant prendre un modèle intéressant après tout, mais un Happy Place pourrait tromper les connaisseurs en blind-test. Fort heureusement, ce morceau est prolongé par l’inspiré instrumental Musique de Film, ce qui lui donne un peu de relief.

On ne pourra pas dire qu’on sera désarçonnés au long de l’écoute, où on croisera le spectre de Blur (Whatever I Shall Say) ou des souvenirs d’écoute de Philip Selway (The Well and The Key) ou The Acorn (Go And See The Lights, And Then July Went Away). Donc des choses qui sont douces à nos oreilles, passant du plus léger I’m Gonna Get Through Fall au plus enlevé Word, en passant par le plus lancinant This Is Not A Tango (et son break qui m’a rappelé le croon décalé de Daan) ou le joliment tristoune Song 84.

Dans un monde globalisé, où la toile (enfin, des recoins comme Bandcamp) permet de dénicher des artistes à l’autre bout de la planète, Gaetan Streel risque de se retrouver face à plein de coreligionnaires. Le côté sympathique, c’est qu’en tant qu’habitant de notre riant royaume, les chances de croiser sa route au détour d’une scène seront sans doute plus nombreuses que les équivalents de l’Ontario ou de l’Oregon. Comme souvent pour un premier album, on ressent encore trop nettement la marque littérale des influences. C’est en les mélangeant pour en faire quelque chose de vraiment personnel que Gaëtan pourra transformer l’essai de ce One Day At A Time.

http://www.myspace.com/gaetanstreel

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gaetan Streel - One Day At a Time 25 juin 2012 15:53

    Il est question de ELECTRIC TROPIC BLUES BAND !!! Je me permets de rectifier : il s’agit de THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND, ne vous en déplaise ... :D
    A part ça, je vous trouve extrêmement dur à l’égard de MLCD qui a écrit là des pages aux couleurs à la fois dramatiques et sombres exprimées par des instruments bien choisis, et qui me font songer par moments à ALAN PARSONS, cela vous dit quelque chose ?
    Sans rancune et merci d’avance pour une brève réaction.
    Blondinet.

    repondre message

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)