Accueil > Critiques > 2012

Bee And Flower - Suspensions

jeudi 17 mai 2012, par marc

Langueur des nineties


Parmi les titres de gloire que je pourrais mettre à mon cv de scribouillard musical, il y aurait l’écriture systématique d’une critique pour toutes les productions du label bruxellois Cheap Satanism Records. Ce qui a contribué à mon ouverture musicale, et m’a au passage permis quelques découvertes. Cette fois, j’avais été alléché par deux titres d’un Split EP paru il y a peu, belle occasion de donner envie de picorer dans les sorties futures.

Les deux titres sont présents ici, et donnent une idée partielle mais fidèle de ce qu’on peut en attendre. Jackson reste vénéneux et prend même un certain relief, et est sans conteste un des meilleurs morceaux, un de ceux qui restent en tête le plus facilement, où le mélange de guitares un peu râpeuses et d’une voix sensuelle est le plus réussi. You’re Not the Sun illustre quant à lui leur versant plus torturé. Mais on est loin des standards du label.

Il faut cependant plus de deux exemples pour faire le tour de ce Suspension, qui est baigné d’une certaine ambiance nineties. La voix de la New-Yorkaise Dana Schechter est à l’avant-scène, et je me suis parfois surpris à penser à de vieux Garbage, même s’il y a plus de personnalité dans cet organe-ci. Pour reprendre une comparaison facile, connue et d’époque, on est plutôt dans la phase de PJ Harvey après ses deux premiers albums

Ils arrivent à maitriser la lenteur d’Overrun, mais cette langueur n’est pas toujours aussi prenante (Simple Life, It’s the Rain), et dépendra aussi de votre humeur. Ainsi, j’ai à de nombreuses reprises apprécié Feed The Body, mais pas toujours. Pour relever la sauce, ils ne crachent pas sur un petit renfort de cuivres pour plomber en tout bien tout honneur Swallow Your Stars dans les règles de l’art. Et si ça ne suffit pas, un peu de violon fera l’affaire sur Hollow Weight ou le bon In The Dawn And Dusk. Vous l’aurez compris, ils savent varier les procédés et les effets qui en découlent.

Les productions de Cheap Satanism se distinguent souvent par un côté sataniste rigolard de bon aloi. Mais les exceptions sont courantes. On a déjà parlé de la pop rigolarde de Trike ou de la math-pop décomplexée de Joy As A Toy, on a maintenant le rock alternatif (dans l’acception des nineties, c’est-à dire un peu âpre mais aussi très accessible) alangui de Bee And Flower qui peut compter sur une voix très mature pour faire la différence.

http://beeandflower.com/
http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)