Accueil > Musique > 2012 > The Bright Road - Norway

The Bright Road - Norway

samedi 26 mai 2012, par Marc

Norvège vue du Canada


Ca m’arrive assez peu, mais là, je sens qu’il manque sérieusement de sel dans les sorties récentes. Vous avez lu par ailleurs que tout n’est pas à jeter, loin de là, mais des albums qui emballent à la première écoute, ce n’était quand même pas rare, si ? Dans ce cas-là, on sait qu’il faut se laisser guider par le hasard, que l’attente finit toujours par payer. Et à chaque fois, on est récompensé. La satisfaction du moment est donc à attribuer au Canadien Philippe Garceau, qui a un peu remonté le Saint-Laurent pour rejoindre la ville de création par excellence, Montréal (Brooklyn est un peu plus loin…).

Une écriture classique, avec quelques apports extérieurs, c’est la recette de plusieurs coups de cœur récents comme Low Roar, Porcelain Raft ou Youth Lagoon. Le premier morceau est ainsi une délicate balade, avec voix légèrement plaintive. Et puis déboule une inattendue montée, une simple guitare qui bourdonne mais offre un beau champ de possibles, qu’ils exploitent au cours de montées légères comme Why I’m Here.

C’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’il y a encore une marge de progression non négligeable, que ces chansons délicates et déjà bien belles n’ont pas utilisé tout leur potentiel décapant. Notwist ne s’est pas fait en un jour. Il est sans doute un peu hasardeux de citer ces intouchables Allemands, mais c’est le meilleur exemple que j’ai sous la main et puis l’écriture et la mise en son y ramènent souvent. N’attendez pas la même perfection, mais c’est ce type de mélange que vous entendrez sur cet album de The Bright Road (c’en est même flagrant sur un Understanding Love), même si parfois les goûts sont plus classiques (Take Control), s’il y a aussi une chanteuse, qu’il ne laisse chanter que sur le charmant Sail Away.

Ne comprenant pas l’espagnol, j’ai trouvé Tu Muerte moins passionnant. Ne noircissons pas le tableau cependant, ça ne dure même pas deux minutes, et comme il s’agit d’un hommage à sa grand-mère disparue, on lui laisse ce moment de souvenir. Plus déroutant, il s’ose même au Norvégien (Du), ce qui au final est moins exotique que du Sigur Ros, et est prolongé d’un peu de guitare enfin lâchée.

Parfois, je me dis que le seul intérêt de ce site, c’est d’aller dénicher des groupes comme ça, trouvés par hasard et familiers après deux écoutes. Dans les moments de calme plat, il faut continuer à chercher, à découvrir. On tombe toujours, je dis bien toujours, sur un artiste qui peut nous rendre le sourire. Et dans ce cas, on refile le tuyau à qui veut bien l’entendre. Lecteur, tu sais ce qu’il te reste à faire (un indice : le lien ci-dessous).

http://thebrightroad.bandcamp.com/album/norway

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Bright Road - Norway 27 mai 2012 00:57, par Hellzed

    Je ne poste pas souvent mais suis très assidument.
    Que dire à part que je suis d’accord, les vrais bons albums sont durs à trouver. Il y a bien de sympathiques écoutes, mais que représentent elles quand au bout d’une poignée de lecture elles ne font même plus l’effet d’un chamalow sur la langue.

    Merci pour vos découvertes, merci pour votre recherche transversale.

    repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)