Accueil > Musique > 2012 > Conor Oberst and The Mystic Valley Band - One Of My Kind

Conor Oberst and The Mystic Valley Band - One Of My Kind

vendredi 1er juin 2012, par Marc

Des nouvelles


On écoutera Conor Oberst à perpète parce qu’il a pu réussir la pop électronique symphonique de I Believe In Symmetry, la rageuse protest-song When The President Talks to God ou la douceur émouvante de The First Day Of My Life. Ceci explique pourquoi on écoute tout de même cet album un peu improbable. Improbable parce qu’il s’agit d’une collection de faces ‘b’ des sessions d’un album qu’on n’a pas apprécié plus que ça, et fournie pour appuyer la sortie d’un dvd relatant la tournée dudit groupe.

Rien de bien alléchant à priori, même si pour avoir déjà vu Conor Obest deux fois en concert avec Bright Eyes, c’est du très haut-de-gamme. Evidemment, on a ces morceaux un peu standard, un peu trop entendus (Central City), ou juste neuneu (Phil’s Song). D’autres personnes chantent, ce qui était déjà le cas sur l’album. Ce n’est pas un simple caprice, d’accord, mais l’intérêt chute immédiatement d’un cran ou deux. Il y a une rage, une urgence chez Conor Oberst, on sent la tempête de crâne.

Ce qui fait que comme sur presque toutes les parutions de son abondante discographie, il y a des morceaux formidables. Cette fournée-ci en compte quelques-unes. Tout d’abord quand Synesthete Song part bien (mélodie toujours intime, guitare qui gronde dans la pièce d’à-côté) et s’emballe et s’épaissit avec fureur et passion. Ensuite, il peut gentiment enchainer sur une balade tout en simplicité qui fait mouche (Breezy). Ce garçon a du talent. C’est une évidence qui a tourné au cliché, donc on est contents d’en avoir la preuve.

On identifie tout de suite des reprises de classiques. Enfin, toute chanson de Bob Dylan, même un peu moins connue peut revendiquer ce statut. Corina, Corina est logiquement différente de ce qu’a pu en faire Jeronimo. Les fans du Zim’ sont donc nombreux et éclectiques, mais on le savait. Kodachrome n’a pas l’air d’être une reprise du morceau de Simon and Garfunkel par contre.

Ne crions pas au chef-d’œuvre, ce serait carrément déplacé. Mais quand on constate une augmentation du plaisir d’écoute il faut le dire aussi, même s’il s’agit d’une collection d’épluchures d’un album qui n’avait pas fasciné, Oberst arrive toujours à passer la surmultipliée. Et puis, on est simplement content d’avoir de ses nouvelles.

http://www.conoroberst.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)