Accueil > Musique > 2012 > Tu Fawning - A Monument

Tu Fawning - A Monument

dimanche 12 août 2012, par Marc

Tournons autour


Ca fait trois mois que je tourne autour de cet album, trois mois que les mots s’échappent, que les sensations peinent à prendre une forme écrite. Mais au contraire de ces albums qu’on balaie vite parce qu’on les sent hermétiques, ce Monument m’a tout de suite intrigué. Si je veux vous transmettre mon intérêt, ou mon trouble, il faut pourtant que je me jette à l’eau, avec la nécessaire imprécision d’un mode d’expression pour en évoquer un autre.

Sans doute qu’un détour par une présentation s’impose. Le passé des protagonistes peut en effet éclairer le contenu, puisque cette formation est la énième émanation de Portland, Oregon. Certains coins sont décidément plus intéressants que d’autres quand on s’intéresse à la musique, et Portland a une richesse sidérante en la matière. J’aime en tous cas beaucoup la voix de Corinna Repp, qui lui permet un peu de majesté et peut suivre pas mal de circonvolutions. L’autre membre fondateur, Joe Haege, est aussi le leader des très arty 31 Knots, groupe qui m’a toujours intéressé mais sans que la porte d’entrée ne se révèle vraiment. En outre, il a accompagné en tant que musicien Menomena sur la route. Et là, on se retrouve tout de suite en terrain plus connu.

Cet autre groupe de Portland est en effet assez facilement comparable sur Build A Great Cliff, ou alors dans certaines des réussites de cet album comme Wager. J’ai apprécié en tout cas cette épaisseur, cette propension à partir sur une base ample et occasionnellement briser l’équilibre d’un coup de guitare acéré. Ils ne se basent pas sur des refrains et des couplets mais sur une autre logique, celle de la rupture occasionnelle. Comme si les Liars se mettaient à la pop à voix féminine. Pour rester dans les comparaisons, j’ai aussi pensé à la pop tordue de Roisin Murphy période Ruby Blue (Blood Stains) ou les circonvolutions de St Vincent (Skin And Bone).

Cependant, jamais l’auditeur n’est pris à rebrousse-poil., et l’album présente une belle constance entre l’intro un peu pompière d’Anchors et la farandole tribale de Bones qui est la conclusion logique. Entre les deux, outre les morceaux déjà évoquées, il faut faire un détour par l’impeccable lourdeur d’A Pose For No One ou In The Center Of Powder. Tu Fawning est un groupe attachant même s’il laisse peu de choses à aimer dans le détail. On peut apprécier des albums qu’on ne comprend pas, tout simplement parce qu’ils nous intriguent, parce qu’on a aimé les écouter encore et encore, et parce qu’on espère que cet enthousiasme va inspirer des écoutes.

http://www.tufawning.com/intro/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)