Accueil > Critiques > 2012

The Audience - Hearts

dimanche 19 août 2012, par marc

Pureté post-punk


L’avantage avec cette époque sans vraie tendance directrice et structurante, c’est que tous les styles peuvent cohabiter, se côtoyant dans un joyeux bordel où la difficulté est de caser plein de découvertes dans des journées toujours pas extensibles. Quand on aime caricaturer et sortir des tendances à la pelle à neige, on peut créer de façon amusante des lignes de force. Par exemple, on peut dire que souvent, les groupes se sont partagés de façon plus ou moins nette entre ceux qui tentent des fusions de genre et ceux qui préfèrent creuser plus loin un sillon bien défini, voire tenter de recréer une sorte de pureté

C’est dans la seconde catégorie que se classe le quatuor allemand. Ce qu’on cherche, c’est l’urgence, le manque de doute, et c’est ce qu’on entend sur Endless Wall. Bloc Party ou Foals sont allés plus loin dans le genre, en étant à la fois plus pointus et plus généralistes, moins directement influencés par les incontournables anciens (Gang Of Four, ce genre). Mais on trouve ces traces ici, étant donné que Sirens aurait pu se trouver sur le bien nommé Silent Alarm et Wolves n’aurait pas semblé incongru sur Antidotes. J’ai aussi pensé à The Robocop Kraus (qui proviennent également de Nuremberg).

Dans le genre, c’est plus tendu et abouti que des groupes comme Chapel Club. En tout cas, rien ne permet de déceler une quelconque volonté de détourner la pureté du style original pour en faire quelque chose de plus moderne (ce qu’a fait Bloc Party), de plus pompier (la dérive d’Editors) ou de plus rock (ce qu’a tenté Maxïmo Park). C’est de cette façon que j’apprécie le mieux l’énergie rock, et je suis toujours étonné que des groupes retrouvent une certaine fraicheur, même si la volonté d’évoluer la voit souvent sacrifiée à terme.

Hearts est un album palpitant, non qu’il suscite un suspense haletant, mais il a une petite vibration intérieure. N’allez cependant pas prendre ceci pour un album de monomaniaque, parce que si aucun titre n’est vraiment au-dessus des autres, il savent tout de même varier les tempos. Logiquement, c’est sur le dernier morceau que la lenteur relative et le chorus le plus épais se retrouvent.

La qualité intrinsèque d’un album est un concept fumeux. Et il l’est d’autant plus que le contexte joue un grand rôle. Dans un été traditionnellement très vide de sorties, où il ne reste que des brouillons de critiques inachevées par manque de temps et d’enthousiasme, la recherche d’un album plus agréable, direct et franc, sincère et vibrant peut être récompensée. N’allez pas chercher ici un album brillant ou original, mais la joie simple de la découverte d’un groupe encore pur.

http://www.rocktheaudience.de
http://www.myspace.com/rocktheaudience

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)