Accueil > Musique > 2012 > Mono - For My Parents

Mono - For My Parents

jeudi 13 septembre 2012, par Marc

Croustillon


J’ai déjà eu cette année l’occasion d’ironiser sur le post-rock, sur un certain immobilisme par rapport à certains courants contemporains qui apparaissent comme plus excitants (et peut-être plus éphémères aussi). Pourtant, l’annonce de la sortie d’un album de Mono a suscité plus qu’une curiosité, une vraie envie. Dans ce cas, on oublie les modes, voire même une certaine idée du bon goût, pour s’abandonner dans ce lyrisme certes exagéré, mais qui impose plus de respect que de ricanements. L’intégrité et la sincérité réussissent parfois ce tour de force.

Grandiloquent est sans doute un mot encore faible pour la formation nippone, et comme la musique instrumentale est affaire d’évocations et il serait sans doute tentant de comparer le quatuor japonais à certaines estampes d’Hiroshige, pour la menace toujours policée, pour cette écume qui va engloutir mais n’éclabousse pas, pour ce tsunami toujours propre sur lui. On pourrait aussi évoquer des montagnes russes. Pourtant, dans le cas qui nous occupe, l’analogie avec la nourriture des foires me semble plus pertinente. Notamment parce que les contrastes sont moins forts que par le passé. Hymns To The Immortal Wind m’avait plus séduit, parce que les moments plus intenses l’étaient vraiment, et prenaient plus de relief. Et puis parce qu’à ce degré de romantisme exacerbé, on peut parler de plaisir un peu coupable, tout comme ces croustillons qui ne constituent pas le fond de notre alimentation.

On le voit, difficile d’aborder cette musique autrement que par la bande. Parce que les moyens, c’est une l’entente cordiale des cordes et des guitares, mais à des lieues de l’aridité des géniaux Godspeed You ! Black Emperor. Quand on est bien disposés, on attend ces figures imposées, on les réclame même. Nostagia ou Unseen Harbour les fournissent, donc on est contents. Leur sens de la mélodie est indéniable, et dès le départ, on embarque dans un voyage d’une jolie mélancolie.

Parfois il faut remettre ses sarcasmes au vestiaire, changer de vue, arrêter de s’imposer de la nouveauté, et succomber à ce qu’on peut aimer. Ce simple conseil n’est pas aussi évident qu’il n’en a l’air. En d’autres termes, tout le monde a le droit de ne pas culpabiliser sur ses plaisirs coupables. Si le beignet cuit à l’eau avec de la farine de son est votre truc, passez votre chemin, mais si vous aimez de temps en temps vous sustenter sur une foire tout simplement parce que c’est bon, le très imposant daughnut Mono est à écouter.

http://monoishere.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)