Accueil > Musique > 2012 > The XX - Coexist

The XX - Coexist

mercredi 26 septembre 2012, par Marc

Seconde épure


S’il avait fallu de très fins limiers pour débusquer The XX au milieu de 2009, c’est une attente assez importante qui précédait le second album des toujours jeunes The XX. La raison est ce LP sans titre qui avait lancé cette lame de fond minimale, cette vague de chaleur qui se communique pour cette fausse musique glaciale.

Il y a ceux qui l’ont et ceux qui ne l’ont pas. Pas la peine d’écrire des centaines de critiques pour accoucher d’une sentence pareille, mais il faut bien dire qu’on est souvent désarmés face à son propre enthousiasme. Surtout quand celui-ci repose sur un ou plusieurs paradoxes.

Tout d’abord, il serait tentant de dire qu’ils n’ont pris aucun risque en répétant le premier album. On ne peut pas donner complétement tort à cette assertion, tant la continuité est flagrante. Pourtant, avec cette nudité, ils prennent des risques, s’exposent. Les voix lasses pourraient apparaitre comme posées, comme le pendage de tronche des mannequins est artificiel. Mais la musique qui sous-tend ces morceaux apporte un intéressant contrepoint. Un roulement de batterie peut suffire à relever Angels qui s’offre même le luxe de presque s’arrêter par moments. Ils n’ont vraiment pas peur de la vrille, du manque de vitesse qui cause la perte par absence de portance. Ils se sentent en lévitation, en apesanteur. Tout en gardant les pieds dans la gadoue, parce qu’on ne rigole pas forcément à l’écoute de The XX.

Ensuite, ils arrivent à susciter (chez moi du moins) plus d’émotions que bien des groupes qui multiplient les appels du pied. Ils sont nombreux ceux qui puisent leurs sons dans les années ’80 mais force est de constater que l’emprunt peut se révéler plus vulgaire qu’émouvant. Il leur en faut tellement peu pour faire monter la sauce que je n’arrive pas à expliquer pourquoi Fiction fonctionne. De plus, on a connu tellement de jeunes groupes avides de montrer au monde qu’après un premier album à succès ils pouvaient écrire de ‘vraies’ chansons classiques qui se sont trop tôt éteints (la liste est trop longue et douloureuse) que prolonger cet état de grâce n’est pas une mauvaise idée.

Ma seule réticence a été cette pensée que c’est mon état d’esprit du moment qui apprécie, pas une sorte d’impression de qualité immanente. Cette étrange appréhension est naturellement presque entièrement oblitérée parce que cette perception positive ne s’est jamais démentie au cours des écoutes.

On n’a plus rien entendu d’aussi épuré depuis le Transference de Spoon, et ils semblent volontairement tuer dans l’œuf toute velléité de clinquant. On devine qu’un remixeur zélé pourrait faire de Sunset un morceau dance racoleur, et on les sent presque forcés de faire repartir Tides sur un mince filet de guitare. Ils ont fait le choix de la discrétion, et les éléments n’en prennent que plus de relief, comme la pulsation de Reunion ou la guitare de Chaines. On dirait parfois que ce C’est un album scientifiquement fait pour ne pas être enthousiasmant, même s’il témoigne d’une grande confiance comme on l’a dit. Avec pour conséquence qu’on peut appréhender selon le contexte cette musique comme une gueule de bois, comme une fin de soirée, comme un lever de soleil sur un festival enfin endormi. Comme si Foals s’était éteint sur le gros beat de Swept Away, comme si The Rapture s’était bourré de calmants.

Les romantiques avaient au début du XIXème siècle lancé la mode du fragment, considérant qu’un jet peut être aussi intéressant qu’une œuvre littéraire polie et re-polie. Dans le même ordre d’idées, on a parfois l’impression que The XX nous soumet des épures, des ébauches de morceaux à venir. Vérification faite, ce n’est qu’une idée, parce qu’on ne voit pas ce qu’on pourrait ajouter à ces morceaux sans les dénaturer. Continuant le sillon de leur excellent premier album, ils se sont remis à l’ouvrage sans précipitation, sans essayer de faire déborder leurs morceaux précieux de leurs délicats carcans. Cette musique entre en résonnance. C’est un constat, ne comptez pas sur moi pour expliquer.

http://thexx.info/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)