Accueil > Critiques > 2012

Wovenhand - The Laughing Stalk

lundi 15 octobre 2012, par marc

Branchons la prise


Il y a des certitudes qui n’ont jamais souffert la contradiction. L’intensité de David E Edwards par exemple. Après 8 albums de 16 Horsepower et 6 de Wovenhand, on ne peut plus vraiment être surpris. Ou du moins, c’est ce qu’on croit. Pourtant, ce Laughing Stalk peut se vanter de nous avoir un peu sortis de nos certitudes.

Impossible de se tromper, ceci est bien un album de Wovenhand pur jus, avec une couleur propre, assez peu de variations d’un morceau à l’autre. Mais ce qui a changé, c’est l’électricité, bien plus présente, ce qui rend In The Temple plus rock et dense. Une mélodie la sous-tend, comme si un groupe de pasteurs énervés s’acharnaient à déconstruire un vieux Cure. On sent une furie, et une construction sonore large comme on n’en a pas connu encore avec ce groupe, mais même avec des riffs de guitare, ça sent toujours plus le vieil encens que l’huile de moteur (King O King).

As Wool pourra rappeler des groupes rock gothiques hors d’âge (Christian Death, Fields Of The Nephilim, quelqu’un ?), même si la batterie sans inspiration lasse vite. De façon assez logique, ceux qu’on pourrait considérer comme suiveurs (Kiss The anus Of The Black Cat) y ressemblent assez. Et quand la prise est retirée, Closer tourne un peu en rond. Les fans de Joy Division (très proche sur l’intro de Coup Stick qui pourrait commencer un morceau de Closer) seront plus à la fête que ceux de Mika, c’est certain, mais ceux qui les suivent depuis quinze ans risquent de ne pas complétement adhérer.

Wovenhand reste un groupe habité, hanté, sombre et viscéral, mais après tant d’années de familiarité avec David E. Edwards, le côté prenant et malsain s’estompe fatalement sur album. Parce qu’en live, ses allures de chaman du sud des États-Unis (ce qui est peut-être compliqué à concevoir, je l’admets) restent captivantes. Ce virage plus rock, où la musique prend petit à petit le pas sur l’incantation, risque d’atténuer les spécificités de ce groupe tellement unique. La puissance occasionnelle ne peut masquer une inspiration qui n’est pas à la hausse.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 16 octobre 2012 18:17, par Raf

    Perso je n’étais pas fan du précédent album ou je trouvais que Wovenhand se répétait et tournait un peu en rond...
    Par contre je suis rentré complètement dans ce Laughing Stalk je trouve que l’électricité apporte un renouveau rend la musique de WH encore plus prenante et tripante. J’adore particulièrement le morceau d’ouverture...

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 16 octobre 2012 18:48, par Le cousin de la Reine de Trêfle

      Je me rapproche davantage de l’avis de Marc que de Raf ...
      mon désenchantement,lors du concert à Rouen, fin septembre,le son beaucoup trop fort, limite inaudible ...et surtout, des morceaux décevants ! je n’ai pas comme j’en avais l’intention,acheté le disque à la fin du concert, je me suis réservé pour le magnifique CALEXICO ; Peut-être une nouvelle écoute, la déception passée...} }}

      repondre message

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 2 novembre 2012 12:33, par mehsar

    Bonjour,

    Mis à part l’exceptionnel "Hoarse" que j’ai découvert grace à ce blog (merci donc), je ne connais rien du travail de David E. Edwards. J’aimerais vraiment y remédier, mais 8 albums de 16 Horsepower et 6 de Wovenhand, ça a tendance a me décourager. Pourrais-tu me conseiller deux ou trois albums indispensables pour commencer ?

    Merci

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 8 novembre 2012 08:37, par Marc

      Bonjour bonjour,

      Bonne et vaste question que voilà. A l’époque, j’avais découvert 16 HP via Sackloth ’n’ Ashes. celui-là ou Low Estate pour commencer. Pour Woven hand, peut-être que le Live et Roepaen sorti récemment permet de se faire une bonne idée. Il n’y a pas tellement d’albums studio en fait, mais beaucoup de projets musicaux divers et variés. Bonne écoute !

      repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 décembre 2012 16:23, par Michel

      Il n’y a pas 8 albums de 16 horsepower, juste "Sacloth...", "Low estate", secret south" et "Folklore"... le reste ne sont que des compilations ou des lives plus ou moins intéressants.
      Secret south est mon préféré, mais tout est bon.
      et le dernier WH est une tuerie ;-)

      repondre message

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 novembre 2012 17:12, par davcom

    Bonjour,

    en fait, cet album me fait un peu penser au dernier Richard Hawley dans la forme. Le passage au tout électrique s’avère assez fastidieux. Perso, après un enthousiasme dû à l’excitation des premières écoutes, je trouve ce disque assez vain.

    Déçu, même si ça reste très honorable

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 novembre 2012 17:22, par Marc

      Bonjour,

      Ah oui, bon rapprochement. Le Richard Hawley m’avait semblé agréable à écouter. Et puis je ne l’ai plus réécouté, n’ayant pas trouvé de point d’accroche fort...

      repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)