Accueil > Musique > 2012 > Dominique A - Vers Les Lueurs EP

Dominique A - Vers Les Lueurs EP

mercredi 24 octobre 2012, par Marc

Supplément


Autant le dire tout de suite, cet article est surtout un prétexte. Tout d’abord de rappeler à quel point Vers Les Lueurs est un album marquant, parce que cet EP constitue l’ajout fait à la ressortie.

Ensuite, deux des titres présents ici étaient inédits mais commençaient les concerts. C’est en effet Andromeda Lodge qui était l’introduction instrumentale à la seconde partie de la première tournée de l’année (vous suivez toujours ?), quand l’album récent était joué dans son intégralité avec une section à vent.

Lors du concert de Liège (dont quelques images ont été montrées), c’est Plaine Des Sables qui nous a accueillis. Profitons donc de l’occasion pour reparler de ce fantastique concert. Parce que cette tournée est assez différente de la première. Les titres de Vers Les Lueurs ne constituent plus la majorité, mais sont intégrés à la setlist. Laquelle est tout simplement renversante. Contre Un Arbre, Close Ouest, Parfois J’entends Des Cris ou Rendez-Nous la Lumière ne détonnent en effet pas par rapport aux plus anciens morceaux.

Comme Dominique A n’a pas eu de tubes radiophoniques incontournables (Le Courage Des oiseaux ?), la sélection peut se faire plus librement, ce qui nous vaut de réentendre des extraits de tout ce qu’on a aimé, de Nos Pères à Les Hommes Entre Eux, du Bowling au Métier de Faussaire, d’Hôtel Congress à L’Horizon, servi dans une version somptueuse au final d’une densité folle. Ils ne sont que quatre sur scène, mais on voit qu’ils ont beaucoup tourné, ils sont vraiment très à leur affaire.

Mais revenons à cet EP. On y entend, outre les deux morceaux mentionnés, une reprise d’Yves Simon, un Mainstream disponible sur Facebook et un très bon Où Est L’Enfant. Parce qu’on le sait depuis L’Instable planqué sur les Fitzcarraldo Sessions, les perles sont parfois à trouver dans les chemins de traverse. De plus, ces morceaux plus électriques n’ont pas la ’couleur’ de l’album, ce qui explique sans doute qu’ils n’y figurent pas. Mais Où Est l’Enfant et Plaine Des Sables ont la qualité des bonnes productions du sieur Ané. Si vous n’avez pas l’album Vers Les Lueurs, profitez donc de cette version augmentée.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)