Accueil > Musique > 2012 > Stars - The North

Stars - The North

lundi 29 octobre 2012, par Marc

Doudone


Stars fait partie de ces groupes dont on ne porte aucun album aux nues, mais à qui on accorde une sympathie naturelle avec beaucoup de facilité. A chaque fois, on sait qu’on va y trouver ce qu’on est venus y chercher. D’ailleurs, je vais les voir sans me poser de questions le 16 décembre prochain.

Comme une veste d’hiver qu’on ressort aux premières gelées et dont on aura besoin, la musique de Stars nous enveloppe et nous rassure. Ce n’est sans doute pas dans cet anorak qu’on sera le plus joli, mais on s’en fiche. Parce que la particularité de la formation canadienne, c’est peut-être ce mélange de son épais, cotonneux, et de mélodies toutes douces, ce qui relève Hold On When You Get Love and Let Go When You Give It avec ses guitares à la New Order.

On retrouve toujours ces histoires d’amour qui finissent mal, ces phrases qu’on assène comme des mantras (It has to go right this time) et l’accord des voix d’Amy Millan et Torquil Campbell. Malgré un son imposant, ce sont de petites douceurs qu’ils nous livrent, sous la forme d’une pop synthétique. Un de leurs EP s’appelait Sad Robots et on remarque avec le recul que la formule a beaucoup de pertinence pour eux. S’ils ont parfois pu mieux personne cerner une certaine forme de détresse humaine (le formidable Personal), ils ont pour particularité de gonfler le son de balades qui n’en demandaient pas tant.

C’est ainsi qu’ils tentent de pousser un Do You qui ne s’y prête peut-être pas nécessairement. Pourtant, la tendance lourde de cet album, encore plus de légèreté (notable sur la plage titulaire), tirant même sur l’anodin par moments (Lights Changing Colour). J’aime pourtant qu’ils se laissent aller dans l’ouate de Through The Mines qui commence pourtant sur un ton diaphane

Essayez de faire la critique d’une couette, comme ça pour voir. Critiquer Stars, c’est pourtant ça, donner un avis sur un objet musical qui n’appelle que peu de commentaires, parce que les choses confortables n’ont pas besoin d’être justifiées.

http://youarestars.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)