Accueil > Musique > Concerts > Patrick Wolf, Ancienne Belgique, 31/10/2012

Patrick Wolf, Ancienne Belgique, 31/10/2012

jeudi 1er novembre 2012, par Marc


Après avoir écouté l’album Sundark and Riverlight, l’envie de voir Patrick Wolf en version plus intime était légitime. Il n’y a vraiment pas grand’ monde qui a fait le déplacement vers l’AB en configuration assise en ce jour d’Halloween.

Vous le savez, on ne rechigne jamais devant une bonne première partie. Et la violoncelliste Abi Wade est de celles-là. Toute seule sur scène, une caisse à la jambe droite, une cymbale à la jambe gauche, l’Anglaise est très sûre de sa virtuosité, surtout quand une baguette vient transformer son instrument en percussion (tout en jouant des cordes...). Mais la technique n’est pas tout, la voix est plutôt belle et on est curieux d’en entendre plus avec des amis musiciens. Une découverte qui met en appétit donc.

Assez sobre pour ce jour de déguisement généralisé, Patrick entre en scène. Quelques notes de piano, et puis sa voix. Et quelle voix. La luxuriance de ses derniers albums pouvaient un peu masquer ce fait, ce garçon a une voix époustouflante.

Évidemment, on entendra beaucoup de titres présents sur son dernier album qui ne reprend que des morceaux choisis de ses dix ans (déjà) de carrière, mais la surprise, c’est qu’ils sont encore plus dépouillés. Un accordéon (pas toujours au top) et un clarinettiste le rejoignent épisodiquement (Abi Wade viendra aussi, bonne idée), mais c’est souvent seul, avec une harpe, un ukulélé ou le piano qu’il défend des morceaux comme Paris ou Oblivion. Un artiste complet, charmant et souriant dans ses interventions et tellement à son affaire dès qu’il rechante.

Mais il y a une chose que je n’arrive pas à comprendre : pourquoi ne jamais avoir utilisé le violon qui pourtant semblait l’attendre au beau milieu de la scène ? C’est surtout son talent à cet instrument qui m’avait séduit lors de ma découverte. Pas grave évidemment, mais intrigant, surtout pour des morceaux aussi emblématiques que The Libertine ou The Magic Position.

On n’était sans doute pas nombreux, mais on a certainement tous passé un excellent moment avec un des grands talents du monde musical.

L’album complet est ici->https://picasaweb.google.com/106469272975585107807/PatrickWolfAncienneBelgique31102012#]

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)