Accueil > Musique > Concerts > Bat For Lashes, Ancienne Belgique, 29/11/2012

Bat For Lashes, Ancienne Belgique, 29/11/2012

samedi 1er décembre 2012, par Marc

Souriant magnétisme


Un festival, on peut voir ça aussi comme un avant-goût, comme la chance de voir des artistes avant de les écouter dans des conditions encore meilleures. A part quelques confirmations, la visite sur la plaine de Werchter cette année avait révélé une Natasha Kahn étincelante, à un tel point que la revoir à l’AB avait semblé naturel. Surtout qu’entretemps, l’album The Haunted Man, d’un abord un peu plus austère, avait fini par révéler toute sa qualité.

Pour une fois, on passe la première partie, qui démonte quand on entre dans la salle bruxelloise. Un peu d’attente et la voilà qui entre. Il y a des artistes qui gagnent à être vus, et elle est de cette trempe-là. Parce que Bat For Lashes sur album, c’est déjà toujours impeccable. Mais Natasha qui bouge, qui sourit, qui assure les parties vocales parfois complexe de ses morceaux, c’est encore autre chose.

Le dernier album fournit logiquement la majorité des morceaux, mais les deux autres ne seront pas oubliés. On n’attendra pas pour son emblématique What’s A Girl To Do ?, placé en seconde position. Pour le reste, les quatre musiciens discrets sont vraiment efficaces, alternant sons synthétiques et plus acoustiques (violoncelle...). On ne voit de toute façon que Natasha et sa robe bicolore. Rarement une artiste arrive à autant prendre possession de la scène, arrive à autant fasciner dans des morceaux plus nerveux ou quelques plus calmes qui devraient laisser des traces. Laura se profile en effet comme un futur de ses classiques.

Les rappels ne compteront que deux morceaux. Haunted Man où les choeurs sont enregistrés et restitués par une antique radio. Et puis évidemment l’incontournable Daniel.

Bat For Lashes prend toujours une autre dimension en concert. Le magnétisme de Natasha Kahn est intact et mérite d’être vu en direct.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)